23 mars 2023
LinkedInFacebookrss
Responsable
Rejoignez-nous
Chiffres clés
  • 140 000

    habitants

  • 66

    communes

  • 65 216

    actifs

Lutter contre la désertification médicale

Chartres métropole fait face à un phénomène en constante augmentation depuis de nombreuses années : le manque de médecins traitants (et en règle générale de professionnels de santé) sur son territoire. Les chiffres suivants illustrent parfaitement la situation :

  • 18 départs à la retraite en 2022
  • 2 installations sur la même année
  • plus d’un habitant sur 3 sans médecin traitant

Face à cette situation, Chartres métropole, soucieuse de la santé de sa population et du cadre d’exercice des médecins installés sur son territoire, mesure ainsi l’importance cruciale d’attirer de nouveaux professionnels de la santé sur son territoire et a imaginé différentes mesures de soutien.

Des actions lancées en 2022

La santé de ses habitants est une priorité pour Chartres métropole, qui réfléchit à des solutions pour venir en aide au secteur. Afin de contribuer à la lutte contre la désertification médicale, les conseillers communautaires de Chartres métropole ont voté une motion le 24 mars 2022. Établie dans le cadre du Contrat local de Santé de Chartres métropole, elle identifie 4 leviers pour subvenir au besoin de médecins dans l’agglomération et renforcer l’attractivité du territoire pour y attirer de nouveaux professionnels de santé :

Une demande d’extension auprès de l’ARS (Agence Régionale de Santé) du périmètre des "Zones d'Intervention Prioritaires" sur tout le territoire de Chartres métropole.

En France, les territoires qui proposent une offre de soin insuffisante pour la population sont classées en ZIP (Zone d’Intervention Prioritaire) pour les plus fragiles et ZAC (Zone d’Action Complémentaire), pour les zones fragiles mais à un niveau moindre que les ZIP. La majorité des communes de Chartres métropole est classée en Zone d’Action Complémentaire (ZAC) alors que le reste du département est classé en Zone d’Intervention Prioritaire (ZIP). L’incidence directe est que les jeunes médecins qui s’installent privilégient la campagne, alors que selon les données CPAM, Chartres métropole compte plus d’habitants sans médecin traitant que les territoires ruraux.

 

La mise en place d'une coordination entre les communes pour assurer un maillage cohérent de l’offre d’accueil.

Chaque commune a désigné un élu référent Contrat Local de Santé. Ils participeront à une première réunion le 24 janvier 2023, pour réfléchir à une coordination plus efficace entre les communes concernant l’accueil des médecins.
Par ailleurs, Chartres métropole se propose de mettre en place une instance de concertation, en association étroite avec le Conseil départemental de l’Ordre des médecins, qui étudiera les projets de maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) pour aboutir à un maillage cohérent du territoire. Un principe qui fonctionnerait par l’implantation des MSP en priorité dans les pôles de centralité, où sont déjà présents des services et des commerces, aussi bien en zone rurale qu’en zone urbaine.

 

La définition et l’accompagnement d'un parcours de stage pour la formation des professionnels de santé.

Chartres métropole intervient en effet, aux côtés du Département et de la Région, en soutien aux formations d’enseignement supérieur locales, dont l’Institut de Formation en Santé de Chartres. En lien avec les formations médicales et paramédicales existantes et à venir, la collectivité souhaite organiser, à l’instar d’un parcours résidentiel, un parcours de formation qui se déroulera en totalité sur son territoire : collaboration avec les maîtres de stage, développement d’une offre de logement étudiant, projet de campus santé…
Le Président de Chartres métropole, Jean-Pierre Gorges, s’est en l’occurrence positionné pour répondre à l’AMI (Appel à Manifestation d’Intérêt) pour la création de résidences Pro Santé sur quartier en cours de développement du Pôle Gare de la ville de Chartres, afin de permettre à des étudiants en santé de venir en stage sur le territoire ou d’effectuer des remplacements tout en bénéficiant de salles de formation et de convivialité.

L’idée est donc d’attirer les étudiants en santé sur le territoire de Chartres métropole en espérant susciter leur l’intérêt pour l’agglomération et ainsi favoriser de futures installations. 

 

La proposition que le département d’Eure et Loir constitue un territoire d’expérimentation visant à redonner du temps médical aux praticiens, au bénéfice direct des patients.

Une lettre d’intention a été envoyée à l’ARS DT28 puis présentée l’ARS CVL (Agence régionale de santé Centre-Val de Loire) début janvier 2023, sous l’impulsion d’un manifeste écrit par le docteur Cottet, président du Conseil d’ordre des médecins d’Eure-et-Loir, et dans la suite d’échanges entre le CDOM 28 (Conseil départemental de l’Ordre des médecins) et le Syndicat des Pharmaciens d’Eure-et-Loir, la CPTS (Communauté professionnelle territoriale de Santé) des Pays Chartrain et Chartres métropole.
Ce courrier propose des mesures concrètes produisant des effets immédiats :

  • Responsabiliser les patients, dans l’objectif d’assurer la sécurité des médecins libéraux. Le courrier demande à ce qu’un délit spécifique « agression envers un soignant en l’exercice de ses fonctions » soit créé et que toute agressivité verbale ou physique soit sanctionnée lourdement et rapidement.
  • Autoriser les prescriptions pour les médecins du travail : le courrier demande à ce que la médecine du travail soit en capacité de prescrire des prescriptions de transport, des déclarations initiales et prolongation d’arrêt de travail, d’accident de travail et de maladie professionnelle. Il demande aussi l’autorisation de prescription des antalgiques et antidépresseurs, des examens complémentaires et des soins de kinésithérapie. Cette mesure permettrait d’alléger le parcours de soin en évitant les navettes médecin traitant – médecine du travail.
  • Alléger les contraintes administratives des médecins, dans le but de désengorger les cabinets de ville, des CNPMG (Consultations non programmées de médecine générale), du SAS (service d’accès aux soins), des SAU (service d’accueil des urgences) et des MMG (maison médicale de garde). Le courrier propose l’arrêt immédiat des certificats d’absence cantine, enfant malade, absence scolaire, aptitude au travail, sports non à risque et aux ordonnances de parapharmacie pour les remboursements par les complémentaires santé.  Il réclame un accès direct aux orthophonistes, pédicures podologues et orthoptistes, kinésithérapeutes, et également la possibilité pour les patients de 18 à 65 ans sans comorbidité d’auto-déclarer un arrêt de travail sur Ameli, dans une limite de cinq jours, deux fois par an.
  • Simplifier et favoriser le recours aux assistants médicaux pour chaque médecin qui le souhaite, sans contrepartie bloquante ou de pression, notamment en terme de temps, coût de formation et de diplôme requis. L’objectif étant de tendre vers un assistant pour un médecin.
  • Accélérer la délégation de tâches vers les autres professionnels de santé, pour des actes comme le certificat de décès ou le remplissage des formulaires d’évaluation MDA (maison départementale de l’autonomie) et APA (aide personnalisée à l’autonomie). Cette mesure permettrait aussi les pharmaciens de délivrer un arrêt de travail de moins de 48 h.

Le collectif « Union des médecins d’Eure-et-Loir » (UMEL)

Dans la même dynamique, suite au mouvement de grève des médecins généralistes débuté début décembre 2022 et en lien avec la dégradation de la situation médicale en Eure-et-Loir, les médecins traitants d’Eure-et-Loir, regroupés au sein du collectif UMEL, ont développé et enrichi ce projet de nouvelles mesures pour le département d’Eure-et-Loir.

Professionnels de santé. Et si vous veniez à Chartres ?

Le CDOM 28, la CPTS du Pays Chartrain, les Jeunes Médecins 28 et Chartres métropole se sont associés pour créer une vidéo visant à promouvoir l’attractivité du territoire.

Le but était de mettre en valeur les nombreux atouts du territoire (cadre de vie, tourisme, ressources sanitaires) de manière décalée tout en s'adressant à des professionnels de santé.

Cette vidéo a été réalisée avec la participation exceptionnelle de Michel Cymes et des professionnels de santé du territoire.

Cette vidéo a été créée dans le cadre du Contrat Local de Santé et de la réalisation de la Fiche-action N°21, visant à établir des supports de communication sur les atouts du territoire.

Médecin, infirmier, dentiste, stagiaire interne.... Vous avez envie d'en savoir plus ? Rendez-vous sur la plateforme imaginée POUR et PAR les professionnels de santé en Eure-et-Loir Soigner dans le 28.