25 mai 2024
LinkedInFacebookrss

« La mobilité : anticiper, accompagner le développement de l'Agglomération »

Bus à haut niveau de service (BHNS).

Jean-Pierre Gorges, président de Chartres métropole, adossé à un bus Filibus

Dans quelques jours commenceront les premiers travaux préparatoires à la mise en service du Bus à haut niveau de service (BHNS), prévue pour la rentrée 2025. Plus largement, ce sont tous les réseaux de transport qui irriguent l'Agglomération qui continuent d'évoluer. L'éclairage de Jean-Pierre Gorges.

Votre Agglo : Les travaux du futur BHNS commencent. Une étape importante ?

Jean-Pierre Gorges : Chartres métropole a en charge l'organisation de tous les réseaux qui desservent ses communes et ses habitants, de l'eau à l'électricité, en passant bien sûr par les transports. Le réseau de transports publics de l'Agglomération ne cesse d'évoluer. Notre société publique locale C'Chartres Transports examine en permanence la fréquentation de ses bus, le profil de ses lignes, l'emplacement de ses arrêts, à partir des demandes et des observations des usagers.

Il y a quelques années, nous avons fait le choix du Bus à haut niveau de service (BHNS), que l'on compare à juste titre à un métro sur route, ou encore à un tramway sur pneus. Mais qui exige beaucoup moins d'aménagements et des infrastructures beaucoup plus légères qu'un tramway sur rails. Avec aussi des coûts moindres.

Nous sommes encore une agglomération de taille moyenne.

Or l'on considère que l'installation de lignes de tramway ne peut trouver son équilibre que pour une population d'environ 300 000 habitants. Le BHNS apparaît donc ici comme la solution la plus adaptée. Les travaux commenceront le 29 avril, simultanément à trois endroits différents : sur la place Saint-Michel et Porte Morard à Chartres, et dans la rue du Parc, qui est mitoyenne entre Chartres et Lucé.

VA : Pourquoi maintenant ?

JPG : Parce que nous sommes prêts. Il est vrai que les transports publics de Chartres métropole sont déjà denses. Nos bus parcourent chaque année 3,5 millions de kilomètres, contre 1,8 million de kilomètres en moyenne dans les agglos de taille comparable. Mais nous devons comme toujours accompagner et même anticiper le développement de l'Agglo. Or les travaux du Pôle Gare proprement dit touchent à leur fin, avec l'installation prochaine de la dalle qui surplombera les voies, et qui accueillera les bus, les autocars, etc. Le parking pour les voitures fonctionne déjà, et tout est prêt pour que toutes les mobilités convergent et s'échangent sur ce point central : les piétons, les vélos, les taxis, les voitures, les bus, les cars, et les trains. La SNCF est en train d'aménager ses quais, notamment pour mieux accueillir les personnes à mobilité réduite. Elle conforte aussi ses voies entre Chartres et Paris, vient de rouvrir la ligne Chartres-Courtalain, et Chartres-Tours via Voves fonctionne, un plus pour nos étudiants.

VA : Ce point central, ce nœud intermodal, verra également se croiser les deux lignes BHNS prévues ?

JPG : Dans un hypercentre, sans feux tricolores, et en zone 30, les deux lignes BHNS convergent facilement pour s'y croiser. C'est la logique. La première partira des limites de Lucé vers la gare pour aller ensuite desservir La Madeleine, et même le nouveau parc des expositions, L'Illiade, lorsqu'il entrera en service très bientôt.

La première partie de la seconde mènera les usagers de la gare jusqu'aux Hôpitaux de Chartres au Coudray. Là encore, un plus pour les patients, leurs visiteurs et les personnels qui y travaillent. Je pense notamment aux médecins et aux jeunes internes qui parfois viennent d'ailleurs. Et je n'oublie pas les spectateurs, je l'espère nombreux, qui viendront s'enthousiasmer devant les évènements sportifs et culturels du Colisée, désormais en activité.

VA : C'est à se demander comment les transports de l'Agglo ont pu fonctionner sans ce nœud central…

JPG : Autour de ce nœud intermodal existait déjà un anneau où pouvaient s'effectuer les échanges entre les diverses lignes de Filibus. Je veux parler du Relais des Portes. Ces petits bus gratuits circulent autour de l'hypercentre de l'Agglomération, simultanément sur la voie intérieure et la voie extérieure des boulevards qui en font le tour. Nous l'avons mis en service en 2007 en journée, puis aussi en soirée à partir de 2016.

Cette possibilité d'interconnexion a accompagné la mise en service et la réhabilitation de parkings souterrains qui peuvent accueillir aujourd'hui 4 000 véhicules. En effet, le libre usage de la voiture reste nécessaire dans une agglomération à taille humaine. Contrairement à certains, nous n'avons jamais voulu l'exclure, mais l'inciter à libérer la surface en se garant en sous-sol. Parallèlement, le dessin des nouveaux boulevards, que les aménagements pour le BHNS vont permettre encore de prolonger, donnait la priorité aux piétons et proposait des pistes cyclables de bonne qualité, elles-mêmes reliées aisément aux espaces verts et libres du Plan Vert le long de l'Eure, à travers toute la zone urbaine.

VA : Là encore, le BHNS va améliorer les choses ?

JPG : Non seulement il va améliorer la fréquence et la régularité de ses bus qui circuleront sans entrave, mais sur la majeure partie de ses deux lignes, il sera bordé de pistes cyclables et les piétons pourront traverser en toute sécurité : ils y seront prioritaires.

VA : Chaque commune conserve pourtant la maîtrise de ses propres cheminements cyclables et piétonniers ?

JPG : Tout à fait. Et cela demeure. Mais dans le cadre de l'Agglo, nous nous sommes mis d'accord entre les communes concernées lors de l'élaboration du projet BHNS, pour que les aménagements dont vous parlez y soient complètement intégrés. Nous allons investir pour le BHNS 12,2 millions d'euros dans la première tranche de travaux qui concerne la première ligne Lucé-La Madeleine d'une part, et, pour la seconde ligne, la partie Gare-Hôpitaux de Chartres au Coudray. Et c'est ce projet ainsi valorisé qui nous a valu environ 1 million d'euros de subventions de l'État.

VA : La fréquentation des bus Filibus est en hausse régulière. Le BHNS va encore l'accroître ?

JPG : Nous essayons toujours d'anticiper le développement de Chartres Métropole. Les Jardins d'entreprises sont pleins, les Pôles Ouest en plein développement, et vous avez enregistré comme moi l'annonce par Novo Nordisk d'énormes investissements, avec des centaines d'emplois supplémentaires à la clé. Il s'agit bien sûr de permettre aux employés de ces entreprises de s'y rendre par les transports en commun. D'ailleurs, la seconde ligne BHNS, de la gare aux Hôpitaux de Chartres au Coudray, desservira au passage nombre d'entreprises, dont Novo Nordisk. Et cette mission nous tient d'autant plus à cœur que le coût du fonctionnement et des investissements dans les transports publics est financé à 85% par une taxe, le Versement Mobilité, payée par les entreprises de notre territoire.

Les usagers n'en assurent donc qu'une part réduite, d'autant que, depuis de longues années déjà, tous les jeunes en formation (15 000 scolaires, étudiants, apprentis, etc.) bénéficient de la gratuité d'accès aux bus. Cette gratuité des transports ne vaut pas seulement pour la zone urbaine mais s'étend aussi aux communes périurbaines et rurales, s'agissant notamment des transports scolaires. Cet avantage a été souvent déterminant dans la volonté des communes les plus excentrées de rejoindre Chartres métropole. Les familles y voient un atout majeur, encore davantage aujourd'hui où le pouvoir d'achat reste au premier plan des préoccupations de tous. De plus, des tarifs préférentiels sont proposés par Filibus aux personnes âgées ou vulnérables. Existe enfin, pour  les communes périurbaines et rurales, un service de transports à la demande destiné aux situations particulières, géographiques ou sociales.

VA : La problématique de la mobilité ne s'arrête pas aux seuls transports publics ?

JPG : L'aménagement de l'Agglo doit évidemment se concevoir globalement, et donc embrasser tous les aspects de la mobilité. L'Agglomération va être désenclavée par la construction de l'A154, supprimant ainsi le trafic de transit, notamment des poids lourds dans la zone urbaine. Et l'actuelle rocade redeviendra un boulevard urbain. Cette autoroute contribuera aussi au développement économique de l'Agglomération. La carte du territoire se présentera donc ainsi : vous y verrez trois cercles. Au centre, le nœud intermodal du Pôle Gare, ensuite l'anneau des boulevards autour de l'hypercentre, et enfin, un boulevard urbain côté Ouest ou une autoroute côté Est : ce troisième cercle desservira notamment les zones d'activité économique existantes ou à venir. Cette conception globale nous permet de tisser un réseau dense qui promeut aussi les mobilités douces que sont la pratique du vélo ou de la marche à pied. Un sujet sur lequel je reviendrai.

Aller plus loin

En savoir plus sur le BHNS : le calendrier estimatif des travaux, les aménagements prévus, ...