02 mars 2024
LinkedInFacebookrss

Francourville, c'est toute une histoire

Patrimoine, histoire, mémoire

Francourville, c'est toute une histoire

Chaque mois, focus sur une commune de l'agglomération, en suivant l'ordre alphabétique. Découvrez le patrimoine, l'histoire, la mémoire… de Francourville !


Les grandes fermes

L'entrée d'une ferme en pierres avec une barrière blanche

Le visage de la commune est marqué, plus que d'autres, par les grandes fermes de type beauceron, qu'on rencontre notamment dans les trois hameaux d'Auzainville, Senneville et Encherville. On y découvre, regroupés autour d'une cour carrée (fermée de hauts murs), tous les bâtiments utiles à une exploitation de vaste dimension, où travaillaient quotidiennement jusqu'à vingt ou trente hommes et femmes : les granges utiles au stockage des céréales, les bâtiments des animaux (étable, écurie, porcherie, bergerie, enclos des volailles) sans oublier la maison du maître, le logement des employés et le pigeonnier.

Zooms

Belle porte ancienne

Les entrées de ferme sont aussi remarquables. À Senneville, une ferme, dont les principaux bâtiments remontent au début du XIX e siècle, possède deux portails symétriques, dont les piliers de pierre sont surmontés de sphères.

Belle porte ancienne

À Auzainville, une entrée de ferme comporte deux portes, l'une cochère, l'autre piétonne, dont certaines pierres (claveau central, sommets des montants) sont en léger relief. On retrouve ce même modèle ailleurs dans le hameau.

Chapelle Saint-Jean-Baptiste de Boinville

Une petite chapelle vue de l'extérieur

Du côté appartenant à Francourville (le hameau est partagé entre deux communes), l'extrémité d'une maison prend la forme d'une abside. Il s'agit bien d'un ancien édifice religieux, dont les origines remontent à l'époque médiévale et qui était déjà désaffecté au moment de la Révolution. Une partie de la chapelle est toutefois réhabilitée en 1868 par un particulier, monsieur Deseyne, et abrite plusieurs statues.

Une chapelle Saint-Fiacre (plus tard Notre-Dame de Pitié) existait jusqu'à la Révolution dans le centre de Francourville, en plus de l'église. Certains éléments sont conservés dans la mairie (probablement sa porte).

Le monument aux morts

Monument aux morts français surmonté par une sculpture d'un coq

Situé près du cimetière entre Francourville et le hameau d'Auzainville, il est érigé par Léon Boucher, architecte, et Paul Berthier, sculpteur. Particulièrement imposant, il est surmonté d'un coq, symbole national.

Le plan de la seigneurie – 1735

Un plan dessiné en 1735 de la seigneurie de Francourville

La seigneurie de Francourville, rattachée à la baronnie d'Auneau (comme Voise et Oinville-sous-Auneau), est passée dans les mains de grands aristocrates proches de la famille royale (Bureau de la Rivière au XV e siècle, Joyeuse au XVI e siècle) qui ont racheté les droits de petits nobles locaux pour parvenir à un ensemble compact couvrant 1700 hectares. Sur le plan conservé aux Archives départementales, tout est dessiné avec précision : les formes des maisons, l'emplacement exact des bosquets et arbres isolés, le tracé des champs et le nom des paysans propriétaires.

Mémoire(s) : au temps où Auzainville était « capitale » de la France

Un document appelé polyptique d’Irminon

En juin 849, le jeune Charles II, dit le Chauve, petit-fils de Charlemagne et roi de Francie « occidentale » depuis le partage de 843, se rend à Chartres, où il reçoit la tonsure ecclésiastique, avant de prolonger vers Orléans, où il a prévu de rassembler les « grands ». Durant trois semaines, il fait halte dans un domaine rural, que son chancelier nomme Auseni villa sur deux délibérations, Oseni villa sur deux autres. Une majorité des historiens penche aujourd'hui pour Auzainville. C'est dire que dans une culture carolingienne « itinérante », où les services de l'Etat suivent leur chef en fonction des aléas militaires et administratifs, le hameau aurait bien été (brièvement !) le centre du pouvoir royal.

Auzainville apparaît, vingt ans plus tôt, sur un document rare, dit polyptique d'Irminon (voir photo), où les moines de Saint-Germain-des-Prés listent les habitants. Quatre foyers habitent leurs terres, dont celui de Madalbert et Ercantilde (les parents), Faroin, Ercanolde, Madalberte et Winerade (les enfants). Le territoire de Francourville est remarquablement documenté par les manuscrits du Moyen Âge. Ainsi, plusieurs parchemins renseignent aussi sur les biens que possédaient les institutions religieuses aux XII e et XIII e siècles : le Chapitre Notre-Dame et l'Hôtel-Dieu à Senneville, Saint-Père-en-Vallée à Encherville, Saint-Jean-en-Vallée à Auzainville.

Tradition : Le chemin de Saint-Mathurin

Un chemin enherbé traversant une plaine agricole

Formant la limite sud de la commune, ce chemin de terre dessine une longue ligne droite dans la campagne, quasi-ininterrompue sur 35 kilomètres. C'est une ancienne voie romaine (du premier siècle ?) qui reliait autrefois Chartres à sa métropole régionale, capitale de la « Lyonnaise IV » : la ville de Sens, dans l'Yonne. Des tranchées réalisées vers 1850 ont permis de constater que l'ancienne chaussée, mesurant 6 mètres de large, était formée de trois assises de pierres plates et qu'on retrouvait dans ses interstices les traces d'une intense activité : éclats de poterie, chute de matériaux… Ce chemin est en réalité un tronçon d'un itinéraire beaucoup plus ancien (peut-être de l'âge du bronze) qui reliait les Balkans aux Îles Britanniques en coupant entre Seine et Loire. Au Moyen Âge, il servit aussi aux pèlerins qui se rendaient à Saint-Mathurin de Larchant.

À Boinville « au chemin », il croisait l'ancienne « voie française » qui reliait Paris à Vendôme, Tours et Bordeaux et accueillait des pèlerins de Compostelle venus du nord de l'Europe.

Difficile d'imaginer aujourd'hui ce petit carrefour comme un nœud important de communication !