20 novembre 2019
Facebookrss
Connexion
Connexion
Afficher / masquer l'espace privé

Informations pour les communes

Chiffres clés
  • 136217

    habitants (source INSEE)

  • 66

    communes

  • 59352

    actifs

Publications

Comme des poissons dans l'eau : impacts du Plan vert et rivière

Imprimer la page
Partager la page

Aménagement de pistes cyclables et piétonnes, restaurations de berges, travaux d’amélioration de l’écoulement de l’Eure… Quel est l’impact de ces réalisations de Chartres métropole sur la faune piscicole ?

« Le Plan vert de Chartres métropole recueille l’adhésion des promeneurs, coureurs et cyclistes de tous âges, qui empruntent les quelque dix-huit kilomètres de pistes aménagés depuis 2003, et s’approprient des espaces jusqu’ici fermés au public, comme la prairie de Luisant ou celle de Champhol », observe Hervé Le Nouvel, vice-président de Chartres métropole délégué au Plan vert et à la rivière.

Parallèlement, Chartres métropole s’emploie à restaurer la continuité écologique de la rivière, notamment pour améliorer l’écoulement et la qualité de l’eau. Mais, et les poissons dans tout ça ? « Notre priorité, c’est que tous nos aménagements se fassent en harmonie avec l’environnement. Ainsi, la Fédération départementale de pêche nous sollicite régulièrement pour organiser des pêches d’inventaire. Elles sont un excellent indicateur sur l’impact de nos aménagements sur la faune piscicole », ajoute le vice-président de Chartres métropole.

 

Mesurer les impacts

Le 17 septembre dernier, les équipes de la Fédération, complétées par les agents du service rivière de Chartres métropole, ont procédé à une pêche d’inventaire dans le secteur Le Coudray-Luisant-Barjouville-Morancez.

La rivière y a fait l’objet de nombreux aménagements ces dernières années : ouverture totale d’un vannage pour un meilleur écoulement de l’eau, arasement du seuil de fond, abattage de peupliers non adaptés aux berges, plantation de nouveaux arbres et mise en valeur des cyprès chauves. « Procéder à ce type de pêche quelques années avant et quelques années après les travaux nous permet de suivre les impacts, positifs ou négatifs, de nos chantiers modifiant le cours d’eau. »

Durant une partie de la matinée, les équipes ont donc remonté la rivière, dotés d’épuisettes et de matériels permettant d’appliquer un champ électrique faible, anesthésiant très momentanément la motricité des poissons. « Le matériel est évidemment réglé pour que les poissons ne souffrent pas, explique Pierre Fetter, directeur de la Fédération d’Eure-et-Loir pour la pêche et la protection du milieu aquatique. Ensuite, nous les prélevons délicatement avec l’épuisette, les comptons, les pesons, les mesurons et déterminons leur espèce, avant de les relâcher. »

Comme des poissons dans l'eau : impacts du Plan vert et rivière – Chartres métropole

 

Résultats

Une pêche d’inventaire avait déjà été réalisée dans ce même secteur en 2013, avant la suppression totale du vannage de l’ancien Moulin Leblanc. Les conditions de prélèvements étaient sensiblement les mêmes. Verdict ?

« Contrairement aux idées reçues, la baisse du niveau d’eau, modeste sur ce secteur, ne s’accompagne pas systématiquement d’une diminution de la quantité de poissons, observe le directeur de la Fédération départementale de pêche. La masse totale des poissons était de 45 kilos en 2013, contre 53 kilos en 2019. La diversité a également progressé, puisque nous sommes passés de 13 à 14 espèces différentes. Les ablettes sont notamment apparues dans le cortège piscicole : l’effectif total de 2013 était de 500 individus, contre près de 1000 cette année. Je ne suis pas encore en mesure de dire si la note de qualité va beaucoup évoluer, mais nous devrions rester sur un bon état écologique. Le petit bémol est la diminution du nombre d’anguilles. Cette espèce est en danger critique d’extinction et elle rencontre d’énormes difficultés pour coloniser l’amont de nos bassins. »

Les travaux de création de banquettes de resserrement du cours d'eau envisagés par l’agglomération dans ce secteur devraient permettre de diversifier les habitats et donc de favoriser la biodiversité, en augmentant les alternances de zones calmes et profondes avec des zones plus rapides et moins profondes. « C’est en connaissant mieux la biodiversité locale que nous pouvons la préserver et orienter nos aménagements en adéquation avec celle-ci », confirme Hervé Le Nouvel.

Comme des poissons dans l'eau : impacts du Plan vert et rivière – Chartres métropole