27 November 2021
Facebookrss
Connexion
Connexion
Afficher / masquer l'espace privé

Le Couasnon : la vallée verte deviendra-t-elle bleue ?

Print this page
Partager la page

Biodiversité.

Jadis régulièrement en eau, le Couasnon, qui chemine entre les plaines de Seresville et l’Eure, à Lèves, est aujourd’hui asséché 80% de l’année. Sa remise en eau pourrait permettre à la biodiversité de s’y développer davantage.

Vous avez pu découvrir le projet pilote de Chartres métropole de reconquête de la biodiversité de la Vallée des joncs, entre La Taye, hameau de Saint-Georges-sur-Eure, et Fontenay-sur-Eure.

Dans le même esprit, la direction du Cycle de l’eau de Chartres métropole a lancé une étude de potentialité de remise en eau du Couasnon. Comment ? Grâce à l’utilisation d’une partie de l’eau épurée de la station d’épuration de Chartres métropole, installée à Seresville, qui retourne aujourd’hui à l’Eure via une canalisation.

« Remettre en eau le Couason est possible, confirme Jean-François Plaze, vice-président de Chartres métropole délégué au Plan vert et à la biodiversité. Il s’agirait de réutiliser les eaux traitées de la station en les envoyant dans la vallée du Couasnon, soit en rejet direct, soit à travers la création d'une zone de rejet végétalisée qui se déversera dans la vallée, permettant aux zones humides et aux plantes hélophytes (espèces se développant dans les substrats gorgés d'eau) de s'installer. »

Un ru asséché

Cette eau, support de vie, représente donc un potentiel pour le développement de la biodiversité sur le trajet emprunté par le Couasnon, qui est à sec 80% de l’année. Une étude hydraulique est en cours pour prendre en compte le volet inondation et la capacité d’infiltration de la vallée.

Mais au préalable de cette remise en eau, c’est d’abord la biodiversité de la vallée qui a été étudiée de près au cours de l’année 2020. Car il est impératif de s’assurer que le projet n’affectera pas d’espèces protégées et, qu’au contraire, il sera bénéfique pour la faune et la flore.

Ainsi, depuis avril 2020, des inventaires sont menés sur les odonates, les amphibiens, les papillons, les oiseaux et les chauves-souris dans ce secteur. Ces dernières ont été inventoriées grâce à des points d’écoute : un chiroptérologue, muni d’un enregistreur d’ultrasons, a parcouru le Couasnon durant l’été. Ses enregistrements ont révélé la présence de 7 espèces en activité de chasse telles que la pipistrelle et la sérotine communes. Le long du Couasnon, des cavités abritent en hiver des chiroptères en hibernation : d’autres espèces non observées en été y ont passé l’hiver 2020-2021, ce qui porte la diversité en chauves-souris dans cette vallée à 11 espèces, avec une nouveauté cette année : la présence du murin de Bechstein, espèce exclusivement forestière.

Les relevés botaniques réalisés sur 5 kilomètres entre Lèves et la station d’épuration de Chartres métropole, à Seresville, ont mis en évidence une flore de type prairiale et forestière constituée de 215 espèces. « Peu d’espèces caractéristiques de zones humides ont été retrouvées. Le projet de remise en eau du Couasnon favorisera très certainement ces dernières et apportera une diversification dans les habitats biologiques. »

Corridor écologique

Dans le courant de l’été 2020, les ripisylves du Couasnon ont été prospectées afin de déterminer leur valeur écologique et les travaux d’entretien et de restauration à prévoir dans le cas où le ru serait en eau de manière permanente.

Cette étude a mis en avant que le Couasnon possède des tronçons dégradés, mais quelques portions de ripisylve intéressantes variées en âge et en essence : chênes sessiles et pédonculés, merisiers, et frênes étant les plus fréquents. Il faut noter la présence de l’orme champêtre, une espèce qui se raréfie en France car touchée par une maladie : la graphiose de l’orme.

L’étude sur la biodiversité du Couasnon doit encore se poursuivre jusqu’en avril 2021 afin de couvrir une année complète de cycle biologique des espèces. Pour le moment, douze espèces d'oiseaux assez communs ont été recensées, dont certaines typiques de milieux forestiers comme le geai des chênes, le pic épeiche et la chouette hulotte.

« La vallée du Couasnon est recensée dans le schéma directeur du Plan vert de Chartres métropole comme un corridor écologique qui connecte la vallée de l’Eure jusqu’aux bois de Bailleau-l’Evèque, complète Jean-François Plaze. Son potentiel d’espaces naturels à proximité de la zone urbaine est très intéressant. Les nombreux chemins offrent des lieux de promenade qui méritent d’être connus. »


Lieu

Le Couasnon

> Voir sur la carte