25 octobre 2020
Facebookrss
Connexion
Connexion
Afficher / masquer l'espace privé

Informations pour les communes

Chiffres clés
  • 136217

    habitants (source INSEE)

  • 66

    communes

  • 59352

    actifs

Publications

« Replantons la vie » : le projet des maraîchers remporte un prix

Imprimer la page
Partager la page

À Sours.

Aude et Alexandre Mornas, maraîchers à Sours, ont lancé en décembre une première étape pour la réintroduction d’arbres au sein de leurs cultures. En plein démarrage de sa deuxième phase, le projet vient de remporter un concours national d’agroécologie.

Si vous êtes un lecteur assidu, vous vous souvenez sans doute d’Aude et Alexandre Mornas. Ce couple de maraîchers, installé à Sours, a lancé tout un projet de plantation d’arbres autour et à l’intérieur de ses parcelles agricoles.

Le but ? Lutter contre le réchauffement climatique et préserver la biodiversité : les arbres stockent en effet du CO2 et servent d’habitat naturel aux espèces. Pour rappel, ils avaient d’abord lancé en décembre dernier une première phase qui consistait à planter 1 kilomètre de haies champêtres autour de leurs légumes, financée en partie par une cagnotte en ligne. Cette étape terminée, le couple se concentre désormais sur la deuxième partie de son projet : la création d’un verger-maraîcher, afin d’introduire des arbres fruitiers entre les cultures.

Lauréats du concours d’agroécologie

C’est sans le savoir, grâce à la présentation de leur projet sur le site de la cagnotte, qu’Aude et Alexandre Mornas ont attiré l’attention d’une association qui promeut le développement de l’agroécologie. Deux fois par an, l’organisme, qui a pour nom « Pour une agriculture du vivant », réunit 25 projets agricoles représentatifs des pratiques écologiques et vertueuses dont il fait la promotion, et choisit parmi eux deux vainqueurs. C’est ainsi que le couple a remporté le prix en février lors du Salon de l’agriculture.

Les Mornas se sont notamment distingués par leur travail d’agroforesterie (plantation de haies et d’arbres) et leur respect des sols vivants (très peu de travail du sol), qui « font partie des piliers de l’agroécologie », précise Luis Barraud, porte-parole de « Pour une agriculture du vivant ».

Une victoire d’autant plus importante pour les maraîchers qu’ils connaissaient déjà l’association : « C’est grâce à eux, après être allés à un de leurs colloques, que nous nous sommes lancés. » En récompense, Aude et Alexandre bénéficieront d’une journée de conseils pour leur futur verger-maraîcher, dispensés chez eux par un agronome spécialiste du maraichage et des sols vivants.