26 septembre 2021
Facebookrss
Connexion
Connexion
Afficher / masquer l'espace privé

Présence de chenilles urticantes à proximité des chênes dans l'agglomération

Imprimer la page
Partager la page

Santé.

En ce début d’été 2021, plusieurs arbres disséminés dans l’agglomération sont attaqués par des chenilles processionnaires. Ces chenilles urticantes présentent un danger pour l’homme et l’animal. Soyez prudents.

 

Quels sont les lieux touchés ?

Certains arbres le long du Plan vert de Chartres métropole, dans les secteurs Saint-Prest / Fontaine-Bouillant et Lucé, sont contaminés.

À Chartres, le bois du Rigeard, touché en différents points, est dorénavant fermé au public jusqu’au 15 juillet. Un contrôle permettant de statuer sur sa réouverture sera alors effectué.

Un arbre situé route d’Orléans, également frappé par les chenilles, fait l’objet d’un balisage et d’une signalisation.

Les autres sites sensibles chartrains que sont le bois de l’école du Grand-Jardin, le bois des Hauts-de-Chartres, les parcs…, tous contrôlés, ne sont pas impactés pour le moment.

 

Qu'est-ce qu'une chenille processionnaire ?

Larve d'un papillon de nuit d'origine forestière, la chenille processionnaire du chêne, grise/argentée, mesure jusqu'à 35 mm et se déplace en procession.

Après un accouplement en été, la femelle dépose ses œufs sur les branches les plus hautes du chêne. Ils y passent l’hiver et éclosent au tout début du printemps, au moment de l'apparition des jeunes feuilles que les chenilles dévorent mettant ainsi les arbres en danger.

Les chenilles construisent alors leur abri de soie pour y passer leur stade larvaire, avant de se transformer en chrysalides.

Chaque chenille possède des soies très volatiles qui contiennent une protéine urticante, la « thaumétopoéine ». Avec l’arrivée des fortes chaleurs, elles sortent en procession essaimant au vent leurs poils toxiques. Les cocons, même désertés des chenilles, continuent d’être urticants.

Chenille processionnaire

 

Un danger pour l’homme et l’animal

Ces poils volatiles et fragiles, pratiquement invisibles, s'accrochent facilement à la peau et aux muqueuses et peuvent provoquer diverses réactions chez l'homme :

  • d’intenses démangeaisons de la peau et apparition de boutons ;
  • des conjonctivites ;
  • de la toux d'irritation ou des maux de gorge.

Plus gravement, le contact avec les poils d'une chenille processionnaire peut entraîner :

  • des crises d’urticaire ;
  • des œdèmes dans la bouche et la gorge ;
  • ou même des difficultés à respirer.

Outre le fait de transporter et transmettre les soies venimeuses, l’animal de compagnie peut également en être victime et présenter d’importants troubles.

 

Que faire en cas de contact ?

Avec la peau :

  • retirer les vêtements avec des gants, les laver à fortes températures et les sécher au sèche-linge pour les débarrasser des poils ;

  • laver la zone touchée avec du savon et de l'eau froide afin de ne pas dissoudre les soies et libérer le venin ;

  • éventuellement se servir de papier collant pour décrocher les poils urticants de la peau ;

  • consulter un pharmacien pour obtenir une pommade anti-inflammatoire permettant de soulager les démangeaisons et éruptions de boutons. Ou en cas de symptômes plus important consulter un médecin.

Avec les yeux : rincer les yeux et consulter un ophtalmologue.

Avec les voies respiratoires : consulter un médecin.

En cas d'ingestion : boire un grand verre d'eau, consulter un médecin.

 

Comment se protéger des chenilles urticantes ?

Si un nid de chenilles processionnaires s'est installé dans un arbre à proximité de chez vous, sachez qu'il ne faut pas s'en approcher et encore moins les toucher.

Il est aussi conseillé de :

  • ne pas se promener sous un arbre porteur d'un nid ;
  • ne pas laisser jouer les enfants à proximité de l’arbre et bien les protéger ;
  • porter des vêtements couvrants ;
  • ne pas sécher le linge dehors surtout s'il y a du vent ;
  • laver soigneusement les fruits et légumes du jardin ;
  • faire attention en tondant la pelouse ;
  • éviter de se frotter les yeux en cas d'exposition mais aussi pendant et au retour d'une balade ;
  • en cas de doute quant à une exposition aux poils des chenilles, prendre une douche et changer de vêtements en rentrant.

En présence d'un nid de chenilles processionnaires, ne cherchez pas à le détruire immédiatement et demandez conseil à des professionnels.

Si vous avez un doute, ne secouez pas les branches de l'arbre et ne remuez pas le sol pour faire tomber l'éventuel nid. Ne consommez pas les fruits qui se trouveraient en-dessous.

 

Comment s'en débarrasser ?

Soit en détruisant leur nid, en suivant les conseils d'un professionnel ou en faisant appel à un spécialiste qui détruira le nid à votre place.

Soit en appliquant sur le nid un traitement adapté à base de Bacillus thuringiensis, un produit disponible dans les jardineries. Ce traitement n’est efficace qu’en avril-mai.

Soit en introduisant ses prédateurs naturels, grâce à des nichoirs, comme le coucou ou la mésange qui se nourrissent des larves de chenilles processionnaires.