19 janvier 2022
Facebookrss
Connexion
Connexion
Afficher / masquer l'espace privé

« Le Projet Alimentaire Territorial, c'est de l’économie, du social et de l'environnemental »

Imprimer la page
Partager la page

Développement durable.

La première étape de l’élaboration du Projet alimentaire territorial (PAT) de Chartres métropole a consisté à consulter les habitants et les professionnels locaux.

Florent Gauthier, vice-président délégué au Développement durable, en présente les enseignements.

Votre Agglo : Pouvez-vous rappeler ce qu’est un Projet alimentaire territorial (PAT) ?

Florent Gauthier : Le PAT est un outil créé par la loi « d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt ». Il a pour objectif de relocaliser l’agriculture et l’alimentation dans les territoires, en soutenant l’installation d’agriculteurs, les circuits courts ou les produits locaux dans les cantines.

VA : Où en est l’élaboration du PAT de Chartres métropole ?

FG : Il est lancé, et notre objectif est de le rendre opérationnel le plus rapidement possible.

L’alimentation est un vecteur de bien-être, de bonne santé, mais aussi de cohésion sociale et de développement territorial : bref, c'est un véritable levier du développement durable. Par ailleurs, l’attente des habitants pour des produits de qualité, locaux et accessibles à tous, est forte.

Le PAT de Chartres métropole va s’appuyer sur les trois piliers du développement durable : économie, social, environnement.

Il touche à l'économie, quand il s’agit de faciliter l’installation d’agriculteurs, de diversification des productions, de développement d’outils de transformation adaptés ou encore de création d’emplois à travers de nouvelles filières.

Il est d'intérêt social lorsque l’on parle d’éducation et de sensibilisation alimentaire, de la réinsertion par le travail, d’accès pour tous à une alimentation saine et de qualité.

Il concerne l'environnement, avec la lutte contre le gaspillage alimentaire, la gestion du foncier et de l’eau, les circuits courts, l’adaptation au changement climatique, la préservation des sols, de la biodiversité et des paysages.

Nous tendons vers un modèle de cercle vertueux sur l’ensemble de la chaîne, du producteur au consommateur.

VA : La première étape s’est déroulée pendant l’été avec une enquête sur les habitudes de consommation dans l’agglomération. Quels en sont les enseignements ?

FG : Cette concertation, sous forme de questionnaire, était ouverte aux habitants et aux professionnels de l’alimentation dans l’agglomération. Vous en trouverez la synthèse sur le site de Chartres métropole. Cela nous donne une photographie des principales attentes. Les données du questionnaire participeront à la réalisation du diagnostic, qui commencera début 2022. D’autres concertations seront mises en place au fur et à mesure de l’avancement du projet sur des thématiques spécifiques, pour aboutir à un plan d’actions concret.

Consulter les résultats de la concertation.