20 septembre 2020
Facebookrss
Connexion
Connexion
Afficher / masquer l'espace privé

Informations pour les communes

Chiffres clés
  • 136217

    habitants (source INSEE)

  • 66

    communes

  • 59352

    actifs

Publications

Le monde de Bruno

Imprimer la page
Partager la page

Responsable de l’espace plongée à L’Odyssée, Bruno Barraux est également guide de la mer et photographe sous-marin. Il parcourt le monde entier et plonge au milieu des requins pour partager sa passion et sensibiliser à leur surpêche.

Janvier 2019. Un bateau de vingt mètres de long mouille au milieu de l’océan Atlantique, entre Miami (États-Unis) et Nassau (Bahamas). L’eau est transparente. Il n’y a pas de vague, c’est le calme plat. Du moins en surface, car une dizaine de mètres plus bas, un autre spectacle s’offre à Bruno Barraux. Un monde où le silence règne et dans lequel les requins sont rois.

Pendant une semaine, Bruno, accompagné d’amis et de guides, a pu les approcher au plus près, les caresser. « Je suis venu pour les connaître et observer leur comportement, raconte-t-il. Il faut être prêt mentalement, car il y a de l’adrénaline ! Le risque est présent, puisque nous évoluons avec les espèces les plus dangereuses : requin-tigre, grand requin-marteau, requin-citron et requin-bouledogue. Leurs dents tranchent comme des rasoirs. »

Sous l’eau, la sécurité est le maître mot. Aucun détail n’est laissé au hasard. L’équipement utilisé est noir ou gris, « les couleurs vives sont interdites pour éviter que le plongeur ne soit confondu avec un poisson », et chaque partie de la peau est recouverte. « Et il ne faut pas se situer au-dessus des requins parce qu’ils n’aiment pas être dominés », complète Bruno.

Si leur comportement présente un risque, les plongeurs utilisent un tube en PVC pour se protéger, créant ainsi une barrière physique qui perturbe ces grands prédateurs. Et si le danger est trop grand, tout le monde regagne le bateau. Durant le séjour, le groupe effectuera un total de dix-huit plongées, d’une durée de 75 minutes chacune. « Tout le monde dort bien à la fin de la journée », sourit-il.

Le monde de Bruno – Chartres métropole

 

Un tour du monde des requins

C’est dans les Calanques de Figuerolles, à La Ciotat (Bouches-du-Rhône), accompagné de son oncle, Jacques Courbez, « un Cousteau bis, qui a parcouru toutes les mers du monde », que Bruno Barraux se passionne pour la mer. Mais l’enfant habite en Sarthe et son apprentissage prend l’eau.

Alors, il « rêve par procuration » avec la VHS du Monde du Silence, documentaire réalisé en 1954 par Jacques-Yves Cousteau, les albums de Tintin… Adolescent, il s’adonne à la chasse sous-marine puis passe son niveau 1 de plongée, à l’âge de 22 ans.

Son histoire d’amour avec les requins débute lors d’un premier séjour aux Bahamas et se poursuit notamment en Corse, en Égypte, en Espagne… Bruno Barraux se rend ensuite aux Maldives, en Afrique du Sud, en Polynésie, à la recherche de requins à photographier.

Bruno Barraux – Chartres métropole

Bruno Barraux

 

Sensibilisation

« Je cherche à partager ma passion, notamment avec les enfants, et à sensibiliser sur l’état de la mer et des requins, indique-t-il. On voit beaucoup de bouteilles, de papiers et de plastiques. La mer est en train de dépérir. De plus, 100 000 requins meurent chaque jour à cause de la pêche. L’océan est le poumon de la planète et si les requins disparaissent et ne mangent plus les poissons moyens, la chaîne alimentaire est brisée. »

Pour alerter et sensibiliser l’opinion publique, Bruno Barraux compte organiser prochainement une exposition photos et une conférence. Avant de repartir, comme guide cette fois-ci, pour une nouvelle expédition sous-marine…