20 septembre 2020
Facebookrss
Connexion
Connexion
Afficher / masquer l'espace privé

Informations pour les communes

Chiffres clés
  • 136217

    habitants (source INSEE)

  • 66

    communes

  • 59352

    actifs

Publications

Le Bœuf couronné, une maison de famille centenaire en plein renouveau – Votre Agglo gourmande

Imprimer la page
Partager la page

Du IXe au XXIe siècle, une tradition d’hostellerie …

Dès le IXe siècle, une auberge avait déjà pignon sur rue à Chartres. En 1583, un propriétaire particulièrement dynamique la déplace près du marché aux chevaux. Une idée judicieuse, puisque la clientèle d’alors était constituée d’agriculteurs et d’éleveurs, qui avaient envie de célébrer leurs bonnes affaires dans une maison de renom. L’Hostellerie du Bœuf Couronné était née, et allait se développer sous l’impulsion de Gaston Peillon, un visionnaire.

Né en 1883 à Chartres, le jeune Gaston se passionne pour la cuisine et fait son apprentissage à Paris. Il fréquente les plus grandes cuisines et complète sa formation auprès de chefs talentueux; il participe même au premier congrès des maires de France en 1901 au Jardin des Tuileries.

Avide de connaissances gastronomiques, il part en Angleterre et, une fois la langue maîtrisée, s’embarque sur un transatlantique à destination de Chicago. Il rejoint ensuite la Malle des Indes, puis repart pour l’Égypte et finit par revenir en France, afin de devenir propriétaire de son affaire, le Bœuf Couronné à Chartres.

 

Maître restaurateur

Le 14 juin 1940, l’hôtel-restaurant est totalement détruit par les bombardements allemands. Après 10 ans d’exil à Orléans, Gaston revient et reconstruit le Bœuf Couronné, plus beau et plus moderne… En 1954, alors que le nouvel hôtel familial est en construction Place Châtelet, il cède les rênes à Jean, son fils, et sa femme Colette.

Leur fille Marie-Christine, formée dans une école de tourisme parisienne poursuit l’histoire du Bœuf Couronné avec son mari jusqu’en 1998, puis entreprend de grands travaux pour en faire la maison que nous connaissons aujourd’hui.

Après plusieurs expériences à l’étranger, son fils Pierre-Édouard, la 4 e génération, décide de revenir dans l’affaire de famille en 2012. Il y rencontre son épouse Solène, avec qui il dirige l’entreprise pendant 10 ans. En janvier dernier, Solène et Pierre-Édouard ont repris le flambeau, représentant ainsi quatre générations de propriétaires et plus d’un siècle d’hôteliers à la tête de la même maison.

Depuis janvier 2019, le restaurant est devenu « Maître restaurateur » et s’attache à travailler avec des producteurs locaux, labellisés, « Terre d’Eure-et-Loir ». C’est ce qui apparaît à la lecture de la carte, courte, de saison, un gage de gourmandise et de fraîcheur…

 

Entre tradition et modernité

En entrée, on choisira les « Cuisses de grenouilles en persillade, purée de pomme de terre d’Eure-et-Loir aux baies roses, betterave Chioggia » ; un plat de tradition mais avec la touche de modernité qui l’emmène plus loin…Pour les amateurs, le pâté en croûte est un classique de la maison, 2e prix national en 2018 ; il est servi avec une poire pochée, des fruits secs et un chutney.

En plat principal, la tête de veau est à la carte comme un incontournable, un plat étonnamment léger, gourmand, débarrassé de sa possible lourdeur. Pour les amateurs de viande, il faut essayer le « Quasi de veau, navets caramélisés au miel de Chartres, champignons, crème et poêlée d’épinards », en admirant la cathédrale de la place Châtelet, et se laisser éblouir, de jour comme de nuit, par la vue exceptionnelle depuis la salle de restaurant.

On ne saurait terminer le repas sans succomber aux charmes de la « Profiterole géante aux fruits secs, chocolat chaud », qui a aussi fait la réputation de la maison. Le service est jeune et très sympathique, et l’on aime venir et revenir profiter de cette excellente table.

Il y a beaucoup de bonnes raisons d’aimer cette maison centenaire, qui sait garder sa belle clientèle familiale et séduire les nouvelles générations, qui commencent par un after-work au bar le Christie’s, avant de se régaler de la cuisine du jeune chef italien Michele Celozzi…

Assurément, la maison a toutes les cartes en main pour demeurer un incontournable chartrain.

 

Contact

Le Bœuf couronné
15, place Châtelet
28000 Chartres

Tél. 02 37 18 06 06

Site : www.leboeufcouronne.com

Le Bœuf couronnée, une maison de famille centenaire en plein renouveau – Votre Agglo gourmande – Chartres métropole


Lieu

Le Bœuf couronné

> Voir sur la carte