25 octobre 2020
Facebookrss
Connexion
Connexion
Afficher / masquer l'espace privé

Informations pour les communes

Chiffres clés
  • 136217

    habitants (source INSEE)

  • 66

    communes

  • 59352

    actifs

Publications

Jean-François Vivier : « La bande dessinée me permet de m’évader »

Imprimer la page
Partager la page

Les gens de l'Agglo.

Cent ans après la parution du premier roman d’Agatha Christie, La mystérieuse affaire de styles, Jean-François Vivier signe son adaptation en bande dessinée. Un nouveau projet ambitieux pour le scénariste chartrain.

Jean-François Vivier débute sa carrière comme commercial pour des maisons d’édition (Dargaud, Lombard) avant de devenir directeur de collection aux éditions Artèges.

Son réseau dans le monde de l’édition s’étend et des confrères lui proposent d’écrire une première BD. Il relève le challenge et l’histoire de Tom Morel, lieutenant des chasseurs-alpins et résistant, sort en 2012. « Cette passion de la BD est devenue de plus en plus importante dans ma vie au fil de mes rencontres avec des auteurs, des éditeurs et des dessinateurs. J’ai déjà écrit une douzaine de bandes dessinées. »

Au quotidien, Jean-François Vivier exerce deux métiers différents, mais complémentaires. « J’ai changé de voie professionnelle en 2013 après l’obtention d’un Master en droit de la santé. Je suis aujourd’hui directeur d’un Ehpad à Chartres et en parallèle, je continue à écrire. »

Dans son établissement de santé, Jean-François Vivier est à l’écoute de ses résidents et de son personnel. Au-delà d’un métier chronophage et complexe, l’accompagnement des familles et son engagement pour une fin de vie apaisée sont ses priorités au quotidien. « Se poser des questions chaque jour, écouter les résidents et ceux qui sont à leurs côtés est indispensable. Mon métier est humain et philosophique. La bande dessinée, quant à elle, me permet de m’évader d’un quotidien
parfois lourd en Ehpad. »

Son second métier de scénariste le passionne. En rendez-vous avec un éditeur, il s’est vu confier une mission : réaliser une série d'adaptations du premier roman d’Agatha Christie. « Il y a des propositions que l’on ne peut pas refuser. Ce premier livre d’Agatha Christie reflète déjà tout son talent d’écriture. La mystérieuse affaire de styles voit naître Hercule Poirot et révèle la passion qu’avait la romancière pour le poison. »

En effet, lorsque sort ce roman en 1920, Agatha Christie est infirmière et elle s’occupe notamment de l’armoire à poison au sein de son établissement. C’est un défi lancé par sa sœur qui la pousse à écrire un premier roman policier. Sa carrière de romancière sera ensuite celle qu’on lui connait...

« Les projets appellent les projets. »

De son côté, Jean-François Vivier est lui-aussi face à un challenge : comment adapter en bande dessinée un texte aussi riche, avec des énigmes multiples et dont les rebondissements se concentrent sur la dernière partie du texte ?

D’ordinaire, l’écriture se fait au fil de l’œuvre originale. Il a pour habitude d’envoyer son scénario au fur et à mesure aux dessinateurs avec lesquels il travaille. Ici, impossible. « En bande dessinée, la lecture est plus fluide qu’avec un roman. La difficulté de cette adaptation était de trouver l’équilibre entre les lignes de l’histoire et les contraintes de la BD ». Il choisit donc d’écrire tout l’album avant de le confier au dessinateur.

Cette méthode lui permet d’avoir une vue d’ensemble de l’histoire, de travailler avec un synopsis détaillé et un découpage précis. « Je suis toujours très curieux de voir ce que le dessinateur peut faire avec ma matière première. Je vois arriver les premières esquisses avec toujours autant de plaisir et de fascination. »

Jean-François Vivier est insatiable. « Les projets appellent les projets. » Après la sortie du dernier opus des aventures de Frison-Roche, dont il réalise également les adaptations, le scénariste finalise un nouvel album pour la fin de l’année sur l'histoire de la basilique du Sacré-Cœur, l’un des monuments le plus visité de Paris devant le Louvre et la Tour Eiffel.

« L’histoire de cet édifice est passionnante, notamment parce que la politique et la religion sont étroitement imbriquées. Il existe aussi un fond incroyable aux archives diocésaines de Paris avec, par exemple, des centaines de photographies de sa construction. »