20 septembre 2020
Facebookrss
Connexion
Connexion
Afficher / masquer l'espace privé

Informations pour les communes

Chiffres clés
  • 136217

    habitants (source INSEE)

  • 66

    communes

  • 59352

    actifs

Publications

Encore une grande première pour la Cathédrale

Imprimer la page
Partager la page

Dans un rayon de 30 kilomètres autour de la cathédrale, 102 communes et leurs intercommunalités examinent le projet de Directive paysagère qui permettra de protéger les vues remarquables sur Notre-Dame.

Tous les Chartrains, la lumière ou le soleil aidant, ont un jour découvert de loin leur cathédrale et ses flèches, comme posées sur le plateau de la Beauce.

Ces points de vue remarquables contribuent au mythe de Notre-Dame de Chartres. Péguy aidant, des gravures et des tableaux par centaines la représentent ainsi. L’apercevant, les pèlerins reprennent courage, et les simples visiteurs s’émerveillent. On l’aperçoit parfois depuis 30 kilomètres à la ronde.

Mais depuis le XIIe siècle, le paysage a évolué, il s’est urbanisé. Et des constructions, ici ou là, défigurent un peu le panorama ou font écran entre l’œil et l’édifice. En 2017, l’UNESCO s’en est d’ailleurs ému. La cathédrale fait en effet partie des tout premiers monuments français inscrits sur la liste du Patrimoine mondial dressée par cette institution. L’État s’est saisi de la question, les collectivités locales également.

Mais comment faire ?

Une loi de 1993 est l’outil de protection des monuments en France. En 1997, tous les acteurs entreprennent donc l’écriture d’une « Directive paysagère » qui doit permettre de préciser les critères à respecter. Il s’agit alors de protéger ce que l’on appelle les « cônes de vue » qui demeurent, en empêchant les constructions intempestives, ou en interdisant des couleurs de bâtiments qui feraient tâches.

Et puis les éoliennes arrivent par séries successives. Elles cherchent le vent et donc les positions dominantes. Certains en viennent alors à accuser le projet de directive paysagère de gêner le développement urbain et économique.

Rien n’avançait. C’est ainsi que l’État pu construire une pharmacie des armées « encombrante » sur les terrains de l’ancienne base aérienne 122, et l’ancienne communauté d’agglomération de Chartres (COMACH) s’autorisa à élever la cheminée du centre de traitement des déchets Orisane. De véritables verrues…

 

Raisonner à 360°

Comme l’explique le président de Chartres métropole :

« La cathédrale est le symbole de l’identité de notre territoire. C’est notre devoir vis-à-vis du caractère exceptionnel du bâtiment et du respect des recommandations de l’UNESCO. C’est aussi notre intérêt touristique. Nous avons besoin d’itinéraires qui permettent aux amateurs de parcourir un circuit des vues remarquables. C’est l’une des missions de l’Office du Tourisme de Chartres métropole.

» Nous ne devons pas penser la directive paysagère comme un instrument destiné à protéger seulement les cônes de vue qui subsistent. il faut raisonner à 360° pour pouvoir corriger aussi les erreurs du passé quand l’occasion s’en présentera, pour progressivement rendre à la cathédrale son écrin. »

 

102 communes consultées

Tout s’est accéléré. Le 11 juin 2018, un arrêté du ministère de la Transition Écologique a défini un nouveau périmètre de protection rassemblant 102 communes. En même temps, les administrations de l’État ont mis en œuvre de nouveaux outils de cartographie numérique capable de modéliser l’ensemble du paysage et des vues concernées.

La précédente préfète du département, Sophie Brocas, a élaboré un projet de Directive paysagère qui s’applique jusqu’à 30 kilomètres et sur 360°. Elle « maintient la silhouette de la cathédrale dans l’horizon » en réglementant les hauteurs des constructions et les plantations dans les cônes de vue, et aussi l’implantation de nouveaux pylônes, en définissant une aire d’exclusion des projets éoliens, et enfin les couleurs souhaitables des constructions pour limiter leur impact visuel.

102 communes ont été consultées. La Directive paysagère devra ensuite être validée par un décret en Conseil d’État. Puis tous les documents d’urbanisme des intercommunalités et des communes devront la respecter et adapter leurs propres règlements dans un délai de 3 ans.

Ce sera une grande première en France. Notre-Dame de Chartres le vaut bien !

 

Aire d'étude : projet de directive paysagère de Chartres

(en bleu clair, les communes de Chartres métropole)

Cathédrale de Chartres : aire d'étude de la directive paysagère de Chartres – Chartres métropole


Lieu

Cathédrale Notre-Dame

> Voir sur la carte