27 septembre 2020
Facebookrss
Connexion
Connexion
Afficher / masquer l'espace privé

Informations pour les communes

Chiffres clés
  • 136217

    habitants (source INSEE)

  • 66

    communes

  • 59352

    actifs

Publications

Budget 2020 : de la suite dans les idées

Imprimer la page
Partager la page

Après avoir débattu des orientations budgétaires 2020-2022 le 25 novembre, les élus de Chartres métropole ont adopté le budget 2020 le 19 décembre. Le cap reste cohérent par rapport aux exercices précédents : stabilité de la fiscalité, politique d’investissement volontaire et maintien de la solidarité envers les communes.

Vice-président en charge des finances et de la prospective, Franck Masselus vous en résume les principaux points.

 

Un budget, des budgets

Rappelons d’abord que la construction budgétaire de Chartres métropole s’appuie sur onze budgets (voir tableau) : un budget « principal », qui regroupe les actions en matière d’économie, d’aménagement du territoire, d’habitat ou encore d’équipements, et dix budgets dits « annexes » à fiscalité propre, portant chacun sur une compétence précise : déchets, transports, eau… 262,1 millions d’euros sont inscrits pour l’ensemble de ces budgets en 2020, dont 168,5 millions d’euros en fonctionnement et 93,6 millions d’euros en investissement.

Construction budgétaire de Chartres métropole

(Cliquer pour agrandir.)

 

La fiscalité

« Dans ce domaine, nous maintenons notre ligne de conduite en privilégiant une politique fiscale et tarifaire modérée, malgré un contexte macro-économique européen et national incertain, expose Franck Masselus. Nos différents taux d’imposition restent stables, qu’il s’agisse des impôts des ménages ou de ceux des entreprises (taxe d’habitation, taxe foncière non bâtie, contribution foncière des entreprises…). »

La fiscalité représente 55% des recettes de Chartres métropole, soit un montant global de 87,1 millions d’euros. « La taxe d’habitation représente à elle seule 16,8 millions d’euros de recettes, ce qui nous incite à la vigilance quant aux annonces de l’État sur sa suppression et sa compensation. »

 

Les investissements

En matière d’investissements, Chartres métropole prévoit 23,2 millions d’euros de dépenses en 2020 sur le budget principal. Ils seront notamment injectés dans les travaux d’aménagement de la Maison internationale de la cosmétique face à la cathédrale, dans la poursuite du Plan vert et de la préservation de la rivière, dans l’enfouissement et la modernisation de l’éclairage public, dans l’entretien des parcs d’activités économiques…

Les budgets annexes verront 18 millions d’euros consacrés aux travaux de construction de l’équipement culturel et sportif près de la gare, tandis que la nouvelle unité de restauration collective sera mise en service à l’été 2020.

Côté transports, Chartres métropole poursuivra son soutien au projet Pôle gare et à sa plate-forme multimodale. « Nous continuerons également d’investir dans la modernisation, la sécurisation et l’optimisation des réseaux et équipements d’eau potable et d’assainissement », complète Franck Masselus.

Nouvelle unité de restauration collective de Chartres métropole

Nouvelle unité de restauration collective..

 

La solidarité

C’est une priorité constante du président de Chartres métropole et elle sera donc poursuivie. La politique de solidarité de la communauté d’agglomération à l’égard de ses communes- membres est assumée : elle vise à leur venir en aide, et notamment aux plus petites. Une enveloppe de 30 millions d’euros sera dédiée en 2020 à cette solidarité.

« 20 millions d’euros leur seront versés via le mécanisme d’attribution de compensation. Le reste prend corps via des dispositifs facultatifs que nous avons choisi de mettre en place, ici, à Chartres métropole : 9,8 millions d’euros de dotation de solidarité communautaire (DSC) et 2 millions de fonds de concours. Ces sommes sont essentielles pour les communes et leur permettent de continuer à investir pour le bien-être de leurs administrés ».

 

La dette

Le ratio de désendettement de Chartres métropole est estimé entre neuf et dix ans. « C’est un ratio très raisonnable, qui serait même ramené à 3,2 ans si nous ne menions pas cette politique assumée, mais facultative, de solidarité avec les communes, rappelle Franck Masselus. Cette capacité à rembourser les emprunts est considérée aujourd’hui comme vertueuse par les organismes prêteurs, les banques, la Caisse des dépôts et de consignations, etc. La conséquence, c’est que les partenaires financiers nous font confiance, et cela nous permet de bénéficier de taux d’intérêts très intéressants pour financer tous nos projets. »