19 janvier 2022
Facebookrss
Connexion
Connexion
Afficher / masquer l'espace privé

À Lucé, dans la peau de Thomas Pesquet

Imprimer la page
Partager la page

Dans vos communes.

Les élèves de CM1 de l'école Jules-Ferry, à Lucé, ont pris part à un projet d'expérimentation du blob, qu'étudiait également Thomas Pesquet dans la station spatiale internationale, l'ISS.

Quatre-mille-cinq-cents établissements scolaires ont participé au projet « le blob dans les classes et dans l'espace » entre septembre et octobre, en parallèle de Thomas Pesquet, lequel a étudié l'effet de la micropesanteur sur le blob dans le cadre de sa mission Alpha dans l'ISS.

L'initiative était portée par le Centre National d'Études Spatiales (CNES) et sa responsable des projets éducatifs, Christine Correcher, en partenariat avec Audrey Dussutour, directrice de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS).

L'expérience, éducative et originale, avait pour objectif d'étudier le comportement du blob, un organisme monocellulaire aussi fascinant qu'intriguant. Durant un mois, les élèves de CM1 de l'école Jules-Ferry à Lucé se sont prêtés au jeu.

« Nous avons reçu un kit de quatre blobs pour suivre deux parcours expérimentaux, explique leur enseignant, Hervé Lavot, également responsable du Centre Départemental de Ressources en Sciences (CDRS28). Le blob est un support pédagogique extraordinaire pour appréhender la démarche d'investigation en classe. Au-delà des deux protocoles, nous avons pris énormément de plaisir à mettre en œuvre des dispositifs répondant ou non à nos interrogations. Les enfants ont observé sa façon de se déplacer dans un labyrinthe pour se nourrir de flocons d'avoine disséminés et comment l'endormir ou le réveiller à partir d'un sclérote (forme de conservation hivernale de certains champignons). En finalité, ils se sont glissés dans la peau de vrais chercheurs ».

Présentation à la Fête de la science

Les scientifiques en herbe ont présenté leurs recherches au public lors de la Fête de la Science – les 9 et 10 octobre dernier – à la Cité de l'Innovation de Chartres métropole au Coudray, en collaboration avec Mickaël Métivier, professeur de technologie du collège des Petits-Sentiers de Lucé et Aline Le Saux, professeur de SVT du collège Sainte-Marie de Chartres.

« On suivait par vidéo ce que faisait Thomas Pesquet dans l'espace et on reproduisait les mêmes expériences, résume Maïssa, 9 ans. On a appris que le blob n'est ni un animal ni un végétal et qu'il n'a pas de cerveau. C'est une cellule qui peut se séparer en deux ou fusionner. »

L'aventure n'est pas terminée puisque le CNRS propose à 10 000 familles de participer de mars à mai prochain à l'expérience scientifique pour étudier les effets du changement climatique sur le blob. Le projet coïncide avec la Semaine de la Science en mars, au cours de laquelle les élèves dévoileront leur travail aux autres classes de l'école.