14 décembre 2018
Facebookrss
Connexion
Connexion
Afficher / masquer l'espace privé

Informations pour les communes

Chiffres clés
  • 136217

    habitants (source INSEE)

  • 66

    communes

  • 59352

    actifs

Publications
  • Votre Agglo 79 – Novembre 2018

Bruno Moysan, quatre mots sur un piano

Imprimer la page
Partager la page

Professeur de musique au lycée Marceau à Chartres et grand spécialiste du compositeur hongrois Franz Liszt, Bruno Moysan est également écrivain. Son enfance, son passage à Science-Po ou ses projets en cours … L’homme de l’ouest se livre.

 

Au gré de ses envies, de ses rencontres, du hasard aussi, Bruno Moysan s’est construit un parcours atypique. Aujourd’hui autant à l’aise au piano qu’avec une plume à la main, il intrigue pourtant dès son enfance par son goût de la musique, dans une famille plutôt habituée à parler droit, religion et politique. « Chez moi, nous sommes juristes, ou médecins, depuis plusieurs générations, confie-t-il. J’étais programmé pour faire du droit mais j’avais déjà cet amour du piano, que j’ai découvert à l’âge de 14 ans grâce à une grand-mère harpiste ». Alors, après le lycée, il décide de suivre sa vocation et entame un cursus de musicologie à Tours. Capes, agrégation puis doctorat, Bruno Moysan se plait sur les bords de Loire. Il y rencontrera sa future femme avant de poser ses valises au lycée Marceau en 1997. Ce natif de Laval, qui a longtemps vécu à Nantes, apprécie la proximité avec ses élèves. Une relation franche et ouverte, qui lui permet de prendre le pouls de la jeunesse. « Grâce à l’enseignement, je suis immergé dans le monde contemporain : l’état de la société, la façon dont les gouts musicaux des jeunes évoluent, leur manière de voir le monde… »

 

Cette immersion prend de l’ampleur l’année suivante : Bruno Moysan est admis en tant que professeur à Science-Po Paris. Il y restera douze années. « Je suis provincial et je n’ai fait que des études de musicologie, c’est dire si j’ai pu être dépaysé alors que par ailleurs, je renouais avec certains aspects de ma culture familiale, avoue-t-il. C’est une ruche qui fourmille d’idées et j’y ai été heureux comme un roi : Sciences-Po a changé ma façon de voir les choses. » Après la musique et sa famille, Bruno Moysan découvre alors un nouvel amour : l’écriture. Il consacre deux livres à Franz Liszt, grand virtuose et pianiste du XIX e siècle. Son premier ouvrage Liszt, paru en 1999, reçoit le prix de l’Association des professeurs et maîtres de conférences de Sciences-Po. Le second, Listz virtuose subversif, voit le jour en 2010. Depuis, Bruno Moysan, qui vient d’être admis dans la prestigieuse Liszt Society anglaise, collabore avec les plus grandes revues scientifiques consacrées au pianiste hongrois (un de ses articles va bientôt être traduit aux États-Unis) mais aussi des instituts de recherches comme l’Institut polonais Frédéric Chopin.

 

Alors, entre musique et écriture, son cœur balance. « C’est très compliqué de choisir. Un jour, ma mère m’a dit : « Je pense que tu préfères la pensée et les mots plutôt que les sons. » Et bien je crois qu’elle avait raison. Au-delà de la musique, j’aime également réfléchir à notre avenir : comment penser la société de demain ? Où allons-nous ? » Le sujet du prochain ouvrage est-il déjà trouvé pour 2019 ?

 


Article tiré du Votre Agglo #79, consultez-le en ligne.


Lieu

Chartres

> Voir sur la carte