27 novembre 2021
Facebookrss
Connexion
Connexion
Afficher / masquer l'espace privé
Chiffres clés
  • 140 000

    habitants

  • 66

    communes

  • 65 216

    actifs

Publications

La semaine du développement durable : les 21 actions et équipements à découvrir

Imprimer la page
Partager la page

Découvrez comment Chartres métropole et vos communes s’impliquent dans le domaine du développement durable à travers 21 exemples d’actions et équipements participant à la construction d’un territoire toujours plus durable.

Avec 6 grands thèmes :

> Déchets.

> Énergie.

> Mobilités actives et partagées.

> Végétalisation.

> Restauration de mares et biodiversité.

> Sensibilisation des scolaires.

Qu'est ce que le développement durable ?

Le développement durable est un « développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs » (Rapport Brundtland, écrit en 1987 pour l’ONU).

Il considère sur le long terme toutes les questions d’équilibre de notre environnement et repose sur 3 piliers : la dimension environnementale, la dimension sociale et la dimension économique. Le développement durable est au cœur de ces trois dimensions.

 

 

⇒ Déchets

L’unité de valorisation énergétique

Mainvilliers

La transformation de vos déchets en énergie électrique Chartres Métropole Traitement et Valorisation (CMTV) est née de la volonté de Chartres métropole de maîtriser les moyens d’exploitation de ses services publics. L’unité de Valorisation Énergétique (UVE) est un des outils permettant d’accompagner le développement du bassin de vie, tout en préservant ses ressources et son environnement. Par son fonctionnement en économie circulaire, cet équipement de CMTV s’inscrit pleinement dans la démarche de développement durable.

Enjeux environnementaux

Son procédé industriel permet de fabriquer de l’énergie électrique dite « verte » à partir de l’incinération des déchets ménagers résiduels et des déchets d’activité des entreprises, issus du territoire de Chartres métropole et des syndicats de Courville, Nogent-le-Rotrou et Brou - Bonneval - Illiers-Combray

Enjeux économiques

La structure traite et valorise ainsi 110 000 tonnes de déchets par an, dont l’incinération permet de produire de l’électricité revendue par la suite. En 2020, 50 GW ont été vendus, ce qui représente l’équivalent de la consommation annuelle moyenne de 3 500 foyers.

Et moi dans tout ça ?

Si la quasi-totalité des déchets entrant à l’UVE est transformée, cependant une partie résiduelle ne peut être valorisée : le Réfiom (Résidus d’épuration des fumées d’incinération des ordures ménagères).

Recycler ses déchets est un objectif à portée de tous ! Le tri avant même le ramassage des poubelles est la solution pour éviter la production de ces déchets « ultimes ». En triant et modifiant nos habitudes de consommation, nous participons tous à notre niveau à la réduction des déchets.

Et, avant même le geste de tri, nous pouvons déjà réduire nos déchets en privilégiant les produits en vrac, les sacs réutilisables… Pensons-y !

 

 

La station d’épuration de la mare Corbonne

Mainvilliers

La station d’épuration de Chartres métropole, inaugurée en septembre 2017, a été réalisée par l’entreprise Aqualter qui en assure l’exploitation.

Quinze hectares de terrain, quatre bassins pour le traitement des eaux, six sécheurs solaires pour traiter les boues… La station traite les eaux usées de 160 000 « équivalents-habitants ». Cela correspond à l’eau utilisée par les plus de 125 000 habitants des douze communes concernées ainsi que celle rejetée par les entreprises implantées sur le territoire. La station pourrait, si besoin, gérer jusqu’à 200 000 équivalents-habitants.

La station d’épuration récupère les eaux usées des communes (salle de bain, WC, égouts…) et les eaux de pluies, pour les nettoyer par filtrage, traitement biologique et décantation avant de les restituer à la nature. L’eau traitée est rejetée dans la nature et la pollution dissoute est transformée en boues. Ces dernières sont évacuées vers différentes filières de valorisation : utilisation agricole (épandage, compost) ou incinération.

⇒ Chartres métropole a la responsabilité d’assurer le bon traitement des eaux usées. Elle réalise chaque année de lourds investissements pour que les usagers bénéficient d’un service performant, tout en maîtrisant le prix du service. 

Enjeux sociaux

  • Une station sans aucune nuisance. Les locaux abritant des machines bruyantes disposent de murs doublés, de portes isophoniques et de pièges à sons.
  • L’assainissement des eaux usées est une question de santé publique. La station d’épuration apporte un service performant de traitement des eaux aux ménages de l’agglomération, en garantissant un rejet d’eaux de qualité dans l’environnement.

Enjeux environnementaux

  • Son architecture et sa technique de traitement des eaux usées ont été étudiées pour garantir le respect des normes de rejet à tout moment.
  • Un ouvrage de relevage des eaux brutes permet d’acheminer les eaux usagées en toute sécurité : 3 dégrilleurs (dont 1 de secours), 4 pompes (dont 1 de secours), des grilles de protection à l’arrivée des eaux usagées permettent de retenir les gros objets solides.
  • Des réservoirs anti-béliers évitent les à-coups hydrauliques.
  • L’air est désodorisé par lavage chimique.

Enjeux économiques

  • Les technologies employées permettent de réduire les coûts énergétiques du traitement des effluents. Le dénivelé de 42 mètres entre Mainvilliers et Lèves est exploité pour transformer l’énergie de la descente des eaux traitées en électricité.
  • Le plancher des serres solaires chauffe grâce à la récupération des calories dégagées lors des traitements de l’eau.
  • Un système de séchage solaire des boues avant leur transfert vers des filières de valorisation a pour effet de réduire leur volume et par conséquent les coûts.
  • Un traitement biologique des graisses est économe en énergie.
  • Des pompes équipées de variateurs de fréquence adapte la consommation énergétique aux besoins réels.

Et moi dans tout ça ?

Les stations d’épuration sont efficaces mais elles ne peuvent bien fonctionner que si les usagers respectent les bonnes pratiques d’utilisation.

Ce qu’il ne faut pas jeter dans les toilettes :

  • Les objets solides, lingettes, couches, mégots, protection hygiéniques, coton-tiges… ;
  • Les épluchures de fruits et légumes ;
  • Les produits chimiques, peintures, solvants, désherbants… ;
  • Les graisses et huiles de friture, vidange.... et les médicaments.

 

 

La déchetterie de Chaunay

Fontenay-Sur-Eure

La déchetterie accueille les déchets ne pouvant être ramassés lors de la collecte en porte-à-porte du fait de leur volume ou leur dangerosité. Ouverte en 2017, la déchetterie de Chaunay est appréciée des usagers pour sa fonctionnalité. Plus de 88 000 visites ont été enregistrées l’an passé et environ 11 900 tonnes de déchets y ont été collectées.

Chartres métropole a voulu que sa déchetterie ouverte en 2017 réponde en tous points aux principes du développement durable : cette installation allie développement économique, respect de l’environnement et équité sociale.

Enjeux environnementaux

Les eaux de ruissellement présentes sur le site sont assainies naturellement dans un bassin de phyto-épuration. Elles alimentent ainsi la réserve incendie. Le recyclage des déchets a un intérêt environnemental : la déchetterie en est le point de départ. Une fois déposés et triés, les détritus végétaux, les encombrants et les produits dangereux vont rejoindre différentes filières de revalorisation.

Enjeux économiques

La déchetterie crée des emplois et forme des personnes en réinsertion qui prennent en charge la valorisation des textiles et, via des associations de réinsertion, organisent la zone « réemploi ». Les consommations d’énergie de la déchetterie sont optimisées : le bureau d’exploitation construit en bois bénéficie d’une bonne isolation ; l’eau des sanitaires est chauffée grâce à un panneau solaire ; pour correspondre aux réels besoins, l’éclairage du site est géré automatiquement. Toutes ces initiatives réduisent la facture et l’empreinte énergétiques de la déchetterie.

Enjeux sociaux

La déchetterie est un service de Chartres métropole, gratuit pour tous les particuliers. Le petit mobilier et les vélos usagers apportés sur le site sont mis de côté et remis en état par des associations du territoire telles que les 3R. Ils seront ensuite revendus à prix réduits. Le réemploi participe à l’économie circulaire et à la réduction de la production des déchets.

Et moi dans tout ça ?

Apporter ses déchets en déchetterie est un geste citoyen. Les déchets ne pouvant être jetés aux ordures ménagères ou faire l’objet d’un tri, doivent être déposés en déchetterie.

Avant de jeter un objet ou un vêtement, je m’interroge sur son potentiel de réemploi en le vendant dans un dépôt-vente, sur Internet, dans une brocante ou en le donnant. De nombreuses associations caritatives de l’agglomération récupèrent vêtements, chaussures, objets, mobilier... Pensez-y !

Je pense à trier mes déchets. En cas de doute, je consulte le guide du tri de Chartres métropole ou m’adresse au n° vert gratuit : 0 800 22 20 36

 

 

⇒ Énergie

La centrale biomasse de cogénération

Gellainville

La centrale biomasse de cogénération de Chartres métropole est une installation de co-incinération qui a pour vocation de fournir de l’énergie en valorisant du bois de récupération et de la biomasse.

L’électricité produite est revendue sur le réseau géré par Synelva. Via le réseau de chauffage urbain de Chartres, la centrale chauffe déjà 4 500 logements et alimente des entreprises, les Hôpitaux de
Chartres et le complexe aquatique-patinoire Odyssée.

La cogénération consiste à produire simultanément des énergies électrique et thermique à partir d’un combustible unique, ici la biomasse. Il s’agit d’une matière organique et renouvelable, utilisable comme source d’énergie. La vapeur produite par la chaudière est utilisée pour chauffer l’eau des réseaux de chaleur et entraîner une turbine, produisant ainsi de l’électricité.

Enjeux environnementaux

  • Ce système contribue à la réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) : d’une part grâce à l’utilisation du bois de classe A (non traité) et des déchets de bois non dangereux de classe B, et d’autre part parce que l’équipement produit cinq fois moins d’émissions de GES par rapport à une centrale fonctionnant au gaz naturel.
  • Les combustibles renouvelables et de récupération sont valorisés.
  • La consommation en énergie fossile (gaz naturel) est limitée.
  • L’impact de la centrale sur l’environnement local (maîtrise des effluents et résidus de traitement liés à son fonctionnement) est réduit.

Enjeux sociaux

La centrale bénéficie directement à la population. Grâce à cet équipement, Chartres métropole propose un service amélioré aux Chartrains et aux acteurs locaux :

  • En étendant et en doublant la capacité de production du réseau de chauffage urbain.
  • En améliorant la qualité des services de distribution de chauffage et d’électricité proposés aux Chartrains (service plus flexible et sécurisé, sans interruption).
  • L’utilisation du bois énergie permet une réduction de la facture énergétique pour le particulier (application de la TVA réduite à 5,5 %, au lieu de 20 %) et l’utilisation de la ressource bois permet de maintenir un coût de chaleur compétitif.

Enjeux économiques

  • L’équipement permet une consommation raisonnée et économe des ressources énergétiques grâce à la haute efficacité énergétique de l’installation et de son système de cogénération.
  • 17 emplois locaux ainsi que des emplois indirects ont été créés.
  • Ce système permet aussi de valoriser les ressources locales : la zone d’approvisionnement en bois énergie et en biomasse ne dépasse pas les 100 km autour de la centrale.

Et moi dans tout ça ?

Pour diminuer ses propres émissions de GES tout en réalisant des économies, le mieux est de bien isoler son logement. Voici quelques éco-gestes faciles à mettre en œuvre :

  • Passer 3 minutes de moins sous la douche économise 301 kg de CO₂/an.
  • Choisir des fruits et légumes frais au lieu de surgelés : 58 kg de CO₂/an.
  • Toujours cuisiner avec un couvercle sur les casseroles : 50 kg de CO₂/an (pour le gaz) ; 71 kg de CO₂/an (pour l’électricité).
  • Eteindre la lumière dans les pièces inoccupées : 35 kg de CO₂ /an.

 

 

Rénovation Énergétique du groupe scolaire Ambroise-Paré / Kergomard

Chartres

Opération d’isolation thermique par l’extérieur

Dans le cadre de ses actions en matière de développement durable, la Ville de Chartres s’est engagée depuis plusieurs années pour promouvoir et réaliser des actions en faveur de la maitrise des énergies.

Cela s’est d’abord traduit par l’élaboration des documents stratégiques et structurants (AGENDA 21 et Plan Climat Air Energie Territorial), puis par la traduction opérationnelle des engagements pris.

L’obtention de la labellisation « Territoire à Énergie Positive pour la Croissance Verte » (TEPCV) attribuée par le ministère de l’Environnement, lui a donné accès à différents modes de financement pour concrétiser ses projets de rénovation énergétique des établissements municipaux avec pour objectifs de :

  • Réduire les consommations et les factures énergétiques tout en améliorant le confort d’usage ;
  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre ;
  • Créer un effet d’entraînement par l’exemplarité.

La Ville de Chartres a mené dans ce cadre un chantier de rénovation sur le groupe scolaire Ambroise Paré / Kergomard, qui a bénéficié en 2018 d’une opération d’isolation thermique par l’extérieur, de toutes les façades des bâtiments (2225 m² de surfaces de parois).

Des actions ont d’abord été menées sur la chaufferie de l’établissement : programmation de réductions énergétiques les week-ends et vacances, remplacement des automates et mise en place d’une caméra thermique. Une première baisse de 19 % des consommations d’énergie a été mesurée en 2017.
En 2018, l’isolation thermique par l’extérieur de toutes les façades des bâtiments (2 225 m²) ont impliqué une importante baisse des consommations d’énergie (-29 %), faisant passer l’établissement de la classe C à B en matière d’émission de gaz à effet de serre. Plus de 75 tonnes de CO2 ont été évitées.

Ce type de chantier participe du développement durable puisqu’il s’inscrit dans ses trois piliers économique, environnemental et social.

La collectivité optimise ses consommations énergétiques tout en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Le confort des élèves, leurs conditions de vie dans l’école s’en trouve nette

ment améliorés.

Et moi dans tout ça ?

 

Trucs et astuces pour réduire ma consommation d’énergie :

  • J’éteins ou débranche tous les appareils en veille et non utilisés.
  • J’optimise l’éclairage de chaque pièce en optant pour des ampoules basse consommation.
  • J’utilise les fonctions “éco” de mon lave-linge et de mon lave-vaisselle.
  • Je règle le chauffe-eau électrique autour de 55°C, et le coupe en cas d’absence prolongée. L’entretien du chauffe-eau est aussi essentiel : entartré, il consommera beaucoup plus d’électricité.
  • C’est aussi le cas du réfrigérateur. Dès que la couche de givre atteint environ 3 mm, il faut dégivrer car cela peut représenter une surconsommation électrique de 30%. À 4 mm, la consommation électrique de l’appareil peut aller jusqu’à doubler.
  • J’améliore l’isolation de mon logement. Chartres Rénov’Habitat, un service public de Chartres métropole gratuit et accessible à tous, vous accompagne dans vos projets de rénovation et d’amélioration de l’habitat.

Chartres Rénov’Habitat : Guichet unique – 32, Boulevard Chasles, Chartres / 02 37 23 40 00

 

 

L’Odyssée

Chartres

Le plus grand complexe aquatique-patinoire de France

Chartres métropole a construit le plus grand complexe aquatique-patinoire de France, l’Odyssée, qui a ouvert ses portes en septembre 2009. Avec plus de 800 000 entrées par an, l’Odyssée est aujourd’hui le plus grand équipement du genre en France, avec 3 500 m² de surfaces de bassins couverts et en extérieur, dont 2 bassins olympiques lui permettant d’accueillir de prestigieuses compétitions, une fosse de plongée et de nombreux espaces de détente et de loisirs pour un public familial. L’Odyssée, c’est aussi une patinoire d’une surface de 1 300 m², un espace fitness et restauration.

Cet équipement incontournable de l’agglomération a été pensé dès sa conception comme intégrant les principes du développement durable. Il répond en effet à ses enjeux.

Enjeux environnementaux

Lors de sa conception, Chartres métropole a fait des choix techniques innovants et respectueux de l’environnement. L’Équipement est labellisé HQE (Haute Qualité Environnementale).

Illustrations des principaux choix retenus :

  • production d’eau chaude sanitaire grâce à des panneaux solaires ;
  • préchauffage de l’eau des bassins par récupération d’énergie liée à la production de la glace de la patinoire ;
  • traitement de l’eau à l’ozone = moins de chlore ;
  • récupération de chaleur sur les fumées de combustion pour le chauffage ;
  • traitement de l’air contrôlé pour un confort été comme hiver ;
  • bassins en inox, matériau sans impact pour l’environnement, durable et 100% recyclable ;
  • carreaux autonettoyants sur les plages extérieures ;
  • larges baies vitrées pour laisser entrer la lumière naturelle.


L’équipement est raccordé au réseau de chauffage urbain fourni par la centrale de cogénération biomasse située au jardin d’entreprises à Gellainville.

Enjeux économiques

L’optimisation de la gestion de l’énergie a permis de minimiser la facture en eau, gaz et électricité, qui pèse pour moitié dans les dépenses d’une piscine.

L’Odyssée génère aussi de l’économie commerciale en attirant de nouveaux consommateurs (restaurants, hôtellerie…) via les grandes rencontres ouvertes au public et par la venue d’une clientèle extérieure à l’agglomération.

L’Odyssée contribue à l’attractivité de l’agglomération via les médias, lorsqu’ils relaient des rencontres, et parce qu’elle enrichit l’offre de sport et de loisirs du territoire.

Enjeux sociaux

L’Odyssée est devenu,  avec  une  fréquentation  de  plus  de  800  000  entrées  par  an, et 4 000 abonnés, un équipement incontournable pour l’agglomération, que les habitants se sont pleinement appropriés.

L’Odyssée permet l’apprentissage de la natation pour tous les enfants des communes de l’agglomération, grâce de surcroît à la prise en charge du transport par Chartres métropole.

L’Odyssée est un équipement accessible à tous : avec des tarifs abordables et une desserte par les transports en commun.

Et moi dans tout ça ?

Trucs et astuces pour optimiser ma consommation d’énergie :

  • J’éteins ou débranche tous les appareils en veille et non utilisés.
  • J’optimise l’éclairage de chaque pièce en optant pour des ampoules basse consommation.
  • Je pense à baisser le chauffage lors de mes absences en prenant la peine de bien fermer les volets et les rideaux pour conserver la chaleur.
  • La température idéale à l’intérieur d’une maison est de 19 °C et celle des chambres est de 17 °C. Une baisse de 1 °C de la température intérieure équivaut à une économie de 7 % sur ses factures d’électricité !

 

 

La Trame Nuit

En réponse aux enjeux écologiques, la Trame verte et bleue est la politique publique mise en œuvre sur les territoires afin de lutter contre la fragmentation des habitats et prendre en compte la biodiversité dans l’aménagement du territoire. La Trame noire, aussi appelée trame nuit, y est intégrée. Elle a pour but de préserver et restaurer des continuités écologiques constituées de réservoirs de biodiversité et de corridors d’échanges pour les espèces diurnes et nocturnes.

Réalisée dans le cadre de l’Observatoire de la biodiversité et du Plan climat air énergie territorial, une étude commandée par Chartres métropole permettra d’identifier la Trame Nuit sur le territoire de l’agglomération, pour mieux la préserver et/ou la restaurer. Elle permettra à la collectivité de répondre à la réglementation en matière de lutte contre la pollution lumineuse pour préserver la biodiversité.

Enjeux environnementaux

La pollution lumineuse a des effets sur l’ensemble des cycles biologiques. La lumière attire ou repousse certaines espèces de la faune, perturbe les relations prédateurs/proies et leurs déplacements. Elle a également une incidence sur les cycles biologiques de la flore. Il est donc primordial pour l’équilibre écologique d’un territoire d’en tenir compte et de préserver ou aménager des zones noires.

Enjeux sociaux

L’éclairage artificiel peut perturber le cycle circadien de l’homme et par conséquent influencer directement sa santé. Des conséquences peuvent être identifiées aussi bien sur le sommeil que sur le métabolisme, le fonctionnement du système cardiovasculaire ou du système immunitaire…

Enjeux économiques

Cette trame nuit va également permettre de réaliser des économies d’énergie, grâce à la rénovation de l’éclairage public. Ses préconisations permettront de mettre en place des mesures et des équipements adaptés à la gestion de l’éclairage artificiel préservant l’environnement. Dans le cadre de sa compétence en matière d’éclairage public, Chartres métropole renouvelle déjà progressivement, dans toute l’agglomération, le parc d’éclairage en utilisant de nouvelles technologies (led, abaissement de puissance…). Au total, ce sont déjà 4 220 points lumineux qui ont été renouvelés à commencer par les plus énergivore. Cette démarche a également été entreprise sur les pistes du Plan vert. Certaines communes de l’agglomération ont déjà fait le choix d’éteindre tout ou partiellement l’éclairage.

⮞ Aujourd’hui, les points lumineux produisent chacun 100W et ils ne produiront demain plus que 30W, qui plus est en produisant une extinction partielle. Grâce à cette rénovation, la consommation d’énergie devrait passer de 43 378 kWh/an à 5 272 kWh/an, ce qui représente une économie annuelle d’énergie d’environ 88 % équivalent à 5 335 €.

Les résultats de l’étude sont partagés avec les entreprises, copropriétés et organismes HLM qui le souhaitent et peuvent, en tenant compte des prescriptions, optimiser leurs consommations d’énergie.

Et moi dans tout ça ?

Des mesures simples de gestion de l’éclairage peuvent être adoptées par tous pour préserver la biodiversité :

  • Il est préférable de fermer les rideaux ou volets afin d’empêcher que la lumière du foyer ne se propage à l’extérieur. Un simple voile permet déjà de limiter la pollution lumineuse.
  • L’impact lumineux peut également être modéré en optimisant les éclairages de ma terrasse ou de mon jardin. Il est préférable d’opter pour des lampes directionnelles qui sont plus efficaces et moins perturbantes pour l’environnement que des éclairages diffusants.
  • Je réduis ma facture d’électricité en remplaçant tout mon éclairage par des ampoules LED beaucoup moins énergivores.

 

 

Chantier Chartres Rénov’ Habitat

Exemple d’un Chantier De Rénovation énergétique chez un particulier, accompagné par Chartres Rénov’ Habitat

Travaux réalisés : isolation thermique par l’extérieur, remplacement des fenêtres et de la porte d’entrée, pose d’une ventilation mécanique contrôlée (VMC), installation de robinets thermostatiques et d’un thermostat d’ambiance.

Montant total des travaux : 43 600 €

Montant total des aides : 15 000 € dont 8 600 € de l’Anah + 1600 € de Chartres métropole
+ 4 800 € de CITE, MaPrimeRénov’.

  • Le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) est passé de F (avant travaux) à C (après travaux).
  • Économies d’énergie engendrées : 800 €/an

Les projets de rénovation énergétiques tels que celui-ci, contribuent au développement durable, en répondant à ses enjeux :

Enjeux environnementaux

Ce type de rénovation permet de réduire les consommations énergétiques et par voie de conséquence contribue à faire baisser les émissions de gaz à effet de serre.

Enjeux économiques

Ces travaux permettent au ménage de réaliser des économies d’énergie et d’augmenter la valeur du logement.

Enjeux sociaux

Les aménagements effectués améliorent le confort et la qualité de vie des occupants du foyer.

Chartres métropole s’engage en faveur de la transition énergétique et de la réduction des consommations d’énergies non renouvelables en créant, en 2018, sa plateforme territoriale de rénovation énergétique Chartres Rénov’ Habitat.

Chartres Rénov’ Habitat est le guichet unique de l’agglomération chartraine en matière de rénovation énergétique de l’habitat privé. Cette plateforme simplifie les démarches des particuliers et les accompagne gratuitement dans leurs projets de travaux de rénovation ou d’adaptation à la perte d’autonomie. Ce service permet de bénéficier d’un accompagnement personnalisé par un conseiller spécialiste.

Chartres Rénov’ Habitat vous guide vers une solution globale et économiquement intéressante de rénovation et vers des professionnels référencés. C’est l’assurance de travaux sérieux disposant de garanties et la possibilité d’une solution clé en main.

Suite à une étude auprès de près de 500 personnes, Chartres Rénov’Habitat a pu dresser un bilan positif de son activité sur la période 2018-2020 :

  • Nombre de contacts par an : 2018 = 939 / 2019 = 1569 / 2020 = 1846
  • 88 % des contacts satisfaits ou très satisfaits de leur échange avec un conseiller Chartres Rénov’Habitat
  • 70 projets d’adaptation accompagnés.
  • Montant moyen de travaux : 22 139 €
  • Montant moyen des aides : 6 303 €

Et moi dans tout ça ?

Agir sur la température et l’isolation de la maison sont des actes faciles du quotidien qui optimisent les dépenses énergétiques du foyer :

  • En installant un thermomètre et en baissant de 1 degré la température de la maison, on réalise une économie de 150 € par an / 1112 kHw / 100 kg de CO2.
  • Installer un bas de porte permet d’économiser chaque année 34 euros / 247 kHw / 22 kg de CO2.
  • En installant un joint isolant sur le contour de la fenêtre, l’économie annuelle est de 34 € / 247 kHw / 22 kg de CO2.
  • Isoler les radiateurs : il est possible d’installer un film réflecteur de chaleur derrière les radiateurs, ce qui permet de renvoyer la chaleur à l’intérieur de la pièce. L’économie annuelle est de 22 € / 490 kHw / 45 kg de CO2.


⇒ Mobilités actives et partagées

Le Pôle gare

Chartres

Le quartier de la gare de Chartres est un nœud d’échanges intermodaux de premier plan pour l’agglomération chartraine : trains, cars régionaux, bus, taxis, voitures, vélos et piétons s’y croisent au quotidien. Le programme Pôle gare a pour vocation première d’organiser ces flux : les coordonner entre eux, fluidifier et simplifier les circulations, et rendre tous les déplacements plus sûrs.

  • Une plateforme intermodale va voir le jour derrière les voies ferrées. Elle accueillera la future gare routière de Chartres. En niveaux souterrains, un parc de stationnement proposera 1200 places, disponibles pour les usagers du train, des agences de location de voitures, les résidents voisins, ou les spectateurs du futur complexe culturel et sportif de Chartres métropole.
  • Deux points dépose-minute et stations taxis encadreront la gare : l’une en sortie de gare place Pierre-Sémard, l’autre dans le parc de stationnement souterrain.
  • Les lignes de transport urbain et péri-urbain Filibus verront à terme leurs arrêts répartis en fonction des destinations : rue Nicole et avenue Jehan-de-Beauce pour la desserte de la gare, ou sur la plateforme intermodale pour la connexion avec les lignes de bus régionales. Les billets Filibus sont d’ailleurs en vente à la gare SNCF, avec les billets de train et ceux du métro parisien. Des hubs de correspondance Filibus / lignes scolaires ont par ailleurs été créés en proximité des grands établissements d’enseignement pour décharger le secteur gare.
  • Pour encourager l’usage des modes de transports alternatifs à la voiture, le vélo trouve sa place sur le Pôle Gare à travers des voies dédiées avenue Jehan-de-Beauce, des voies partagées prochainement rue Nicole et sur le pont Casanova, ou encore des double-sens cyclables rue du Faubourg-Saint-Jean. Des mobiliers lui sont consacrés : une trentaine d’attache-vélos, et 220 places en abris sécurisés, et la Maison du vélo de Chartres métropole propose ses services de location et d’entretien, autant aux cyclistes quotidiens qu’occasionnels.
  • Le piéton trouve lui aussi une nouvelle place au sein du Pôle Gare. L’avenue Jehan-de-Beauce, les rues Félibien et du Faubourg-Saint-Jean ont été réaménagées avec des trottoirs élargis et arborés. La place Pierre-Sémard est quant à elle dorénavant piétonne, avec des assises et des bancs qui en font un endroit tout désigné pour attendre son train en plein air.
  • La passerelle piétonne, enfin, constitue une nouvelle desserte des trains accessible à tous y compris aux passagers à mobilité réduite. Elle établira aussi à terme une liaison urbaine entre la place Pierre-Sémard, la plateforme intermodale et le futur complexe culturel et sportif, ainsi que le quartier de l’Épargne.

En redonnant à l’humain une place centrale dans la ville, en reconsidérant notre usage de la voiture et en promouvant les moyens de transports alternatifs, le Pôle Gare participe au Développement Durable, par ses dimensions environnementale, sociale et économique.

Environnementale

En favorisant et promouvant l’usage des modes de déplacements actifs (cycle, marche) et les transports en commun, Chartres métropole offre des alternatives de mobilité à la voiture individuelle, réduisant l’émission de gaz à effet de serre. Avec un domaine public arboré et paysagé, la ville est plus agréable à vivre, moins sensible aux aléas climatiques et moins sujette aux pollutions.

Sociale

Un partage ordonné du domaine public pour chaque moyen de transport et une meilleure répartition des circulations rend le périmètre plus sûr pour tous.

En redonnant plus de place à l’humain, piétons et cyclistes, la ville gagne en confort, en sérénité, et permet d’élargir la place des activités commerçantes et évènementielles. Le cadre de vie gagne en qualité.

Plus de déplacements doux, moins de circulations motorisées, c’est moins de pollutions atmosphériques ou sonores. Allié à la pratique de la marche ou du vélo, c’est aussi contribuer à soulager les citadins des risques de santé.

Économique

Les modes de déplacement alternatifs à la voiture sont plus économes au quotidien : ils permettent de s’affranchir des charges d’entretien, d’assurances, de stationnement… et d’essence. La Maison du vélo permet aussi de faire l’essai du vélo à moindre frais, par le biais de ses services de location. A chacun de faire ensuite le pas de l’adopter !

 

 

Le Triporteur, une démarche Ecoville de la Ville de Chartres

Chartres

Action exemplaire de la Ville concernant la promotion des modes de transport alternatif : la municipalité s’est dotée de triporteurs à assistance électrique pour le ramassage des déchets en centre-ville, entrant dans une démarche d’éco mobilité.

 

Cette action répond aux enjeux du développement durable, dans ses trois dimensions.

Environnementale

Adopter le triporteur pour les agents de la ville permet de gagner du temps : un déplacement avec un triporteur est plus rapide qu’un déplacement à pied avec une charrette. Un triporteur n’engendre pas de nuisances sonores ni de pollution atmosphérique.

Sociale

Le triporteur permet de diminuer la pénibilité du travail et de préserver la santé des agents. Ceux-là ne sont plus obligés de marcher avec une charrette, soulageant ainsi leur dos.

C’est aussi un moyen de communication sur le thème de la propreté urbaine. Le triporteur permet à nos agents de parler de leurs métiers et des difficultés qu’ils rencontrent au quotidien pour préserver l’espace public. C’est un moyen de sensibiliser la population et de créer du lien.

Les agents sont davantage autonomes pour leurs déplacements car ils dépendent moins de la fourgonnette de service. De plus, le triporteur ne nécessitant pas de permis de conduire et peut être utilisé par tous.

Économique

Il permet aussi de faire des économies : ces triporteurs coûtent l’équivalent d’une dizaine de charrettes à deux roues et sont bien moins coûteux qu’une camionnette de service. Ils ne consomment pas de carburant.

Et moi dans tout ça ?

Adoptez les bons gestes : optez pour le vélo ou les transports en commun pour vos déplacements au sein de l’agglomération dès que cela est possible. Et si ce sont des courts déplacements, allez-y à pieds. Cela aura de plus un impact positif sur votre santé !

 

 

⇒ Végétalisation

Le jardin partagé des Arcades

Lucé

Attentive au respect du développement durable dans chacun de ses critères, Chartres métropole accompagne et encourage les actions favorisant le lien social telle que la mise en place du jardin partagé des Arcades.

Dans le cadre de sa mission de régie de quartier, Effusion met en œuvre des jardins partagés avec les habitants. En créant des relations de solidarité inter-quartiers, elle les accompagne à travers des ateliers, dans la mise en œuvre de projets et de services qui contribuent à améliorer la qualité de vie. Ce jardin partagé a été créé en 2020 dans le cadre d’un partenariat avec la Ligue de l’enseignement.

Enjeux sociaux

Il s’agit de favoriser le lien entre les habitants d’un même territoire de vie : de mieux se connaître en réalisant ensemble un carré de jardin en bottes de paille, une butte de permaculture, un carré d’herbes aromatiques, une miniserre, un atelier de tricotage pour habiller les arbres ou encore des ateliers artistiques pour installer des expositions éphémères dans le jardin.

Ces ateliers sont des moments de formation avec intervention de professionnels mais également d’échanges de savoirs entre voisins.

Enjeux environnementaux

Les matières et structures naturelles, vivantes ou en bois, ainsi que le désherbage manuel, sont privilégiés et veillent à la préservation et au développement de la biodiversité (mélange plantes et arbres, hôtels à insectes).

Enjeux économiques

Un atelier « bois de palettes » a offert l’équipement de jardin à partir d’objets de récupération.

Une « grainothèque » favorise une gestion pluriannuelle des plantes.

Et enfin, l’installation de récupérateurs d’eau et de bacs à compost permettent d’exploiter les ressources naturelles disponibles sans investissement supplémentaire ou ajout extérieur.

Et moi dans tout ça ?

Quelques idées récup’ au jardin :

Les bouteilles en plastique sont pratiques pour l’arrosage doux et les boites à œufs pour préparer les semis.Le compost résultant des résidus de tonte, de taille et certains déchets domestiques (épluchures, cendre de bois, fleurs fanées, papier journal…), fertilise efficacement la terre.Je fabrique ou mets en place un récupérateur d’eau de pluie pour arroser mes plantations.J’utilise le broyat de copeaux et les déchets végétaux en paillage toute l’année. Ils limitent l’arrosage en gardant la terre fraiche et modèrent la pousse des herbes folles.

 

 

Remplacement d’arbres sur un chemin piétonnier

Lucé

La commune de Lucé a procédé au remplacement d’un alignement de pins qui bordaient un chemin piétonnier. Ces arbres, de grande taille, vieillissants, attiraient les chenilles processionnaires, espèce invasive à l’origine de risques sanitaires et de dégâts importants sur les écosystèmes environnants. Une haie arbustive de feuillus diversifiés a substitué les pins. Elle est composée de :

  • 18 Corylus avellana plantés en 2020 et 36 en 2021
  • 6 Cercis canadensis plantés 2020 ; 12 en 2021
  • 3 Acer negundo plantés 2020 ; 6 en 2021
  • 4 Albizia julibrissum plantés 2020 ; 6 en 2021
  • 3 Fagus Sylvatica plantés 2020 ; 6 en 2021.

Enjeux environnementaux

Cette action répond aux enjeux du développement durable dans son pilier écologique en éliminant les problèmes dus aux chenilles processionnaires et en augmentant la luminosité alentour.

Le choix d’une diversification d’espèces est un atout pour la biodiversité : elle contribue à augmenter la productivité des écosystèmes et leur résistance face aux attaques d’insectes ou de maladies.

Enjeux sociaux

Cette action s’inscrit dans une démarche de développement durable pour l’amélioration de la qualité de vie des riverains ainsi que pour son caractère incitatif à la promenade sportive ou d’agrément.

Enjeux économiques

Les essences choisies sont limitées en hauteur (10 à 15 m maximum), permettant ainsi un gain en luminosité et de chauffage grâce au rayonnement direct du soleil sur les habitations, tout en bénéficiant d’un front vert diversifié et de qualité, donc des économies énergétiques non négligeables pour les riverains.

Et moi dans tout ça ?

Pour favoriser la biodiversité dans mon jardin et en réveiller les couleurs, je plante moi aussi des essences diversifiées.

 

 

Le parc Jacques-Grand

Chartres

Depuis l’été 2019, le mail Jean-de-Dunois a été complétement réaménagé pour devenir le parc Jacques-Grand, nommé en l’honneur d’un commerçant chartrain particulièrement engagé dans les années 1960 à 1980 dans le développement du quartier.

Inauguré en octobre 2020, ce parc de près de 1.5 ha, véritable poumon vert proposant des espaces de détente et d’activités de plein air au cœur du quartier de la Madeleine, est un projet imaginé par le service espaces verts de la Ville de Chartres afin que les riverains se réapproprient l’espace.

Enjeux environnementaux

Les matériaux et végétaux ont été choisis en fonction de leurs atouts en termes de développement durable :

  • 50 % des structures de jeux installés dans ce parc sont construits sur mesure en Acacias brut écorcé.
  • La sous-couche de souplesse est confectionnée à partir de pneus recyclés.
  • L’autonomie de traitement des eaux pluviales a été recherchée sur une partie du parc grâce à l’aménagement d’un « Saut de Loup » servant à la fois de clôture transparente et de récupérateur des eaux de pluies facilitant l’infiltration dans le sol.
  • Le local technique est couvert d’une toiture végétale.
  • Une partie des bardages extérieurs est faite en bois de Dosse, c’est-à-dire de planches irrégulières découpées à la surface de l’arbre.
  • De nombreuses essences végétales favorisant la biodiversité sont introduites : Pinus Sylvetris, plantés sur la partie Nord du Parc provenant d’une pépinière française ; Prunus plena ; Achillea ; Festuca glauca ; Sedum.
  • Le paillage des massifs : utilisation de BRF (Bois Raméal Fragmenté) issu de broya forestier (production locale).

Enjeux sociaux

Le chantier a permis de faire appel à des employés en réinsertion sociale à hauteur de 791 heures. Ce réaménagement contribue à l’amélioration de la qualité de vie des habitants du quartier qui peuvent se rencontrer et se détendre dans un environnement agréable et moderne. Outre la sécurisation de l’accès à l’école, le parc propose des espaces de jeux pour les enfants et de repos et détente pour les aînés, leur permettent de profiter pleinement de cet espace vert et favorisant le lien entre les habitants du quartier.

Enjeux économiques

  • Les travaux ont été réalisés par des entreprises locales.
  • Les matériaux de voirie proviennent de production locale également (calcaire de Prasville, stabilisé provenant de la centrale à blanc de Berchères, Enrobé et béton désactivé de productions locales).
  • Concernant l’éclairage, des équipements à faible consommation d’énergie (Leds) ont été mis en place

Et moi dans tout ça ?

Moi aussi je peux intégrer des critères développement durable à mon espace vert qu’il soit jardin ou balcon :

  • en préservant la ressource en eau : la récupération d’eau de pluie, le paillage et le choix de plantes peu consommatrices d’eau en sont de parfaits exemples ;
  • en luttant contre les indésirables par des alternatives à la chimie ;
  • en recherchant des plantes endémiques adaptées à notre climat local et naturellement résistantes au manque d’eau ;
  • ou encore en installant un composteur.

 

 

⇒ Restauration de mares et biodiversité

Les mares sont encore très présentes aujourd’hui et témoignent d’un usage passé : elles permettaient d’abreuver le bétail, servaient au rouissage du lin et du chanvre, permettaient l’élevage de poissons, la baignade, de laver le linge, servaient à la vannerie, étaient une réserve en cas d’incendie...

Aujourd’hui, les besoins ont changé, la vie s’est modernisée et les mares n’ont plus la même fonction. Lieu de refuge et de développement, elles sont d’une grande utilité pour la biodiversité. Or, une mare qui n’est plus entretenue disparaît rapidement sous la végétation. Ces petites pièces d’eau doivent en effet être régulièrement curées afin de les maintenir « en vie ». Beaucoup sont aujourd’hui bouchées, d’autres sont simplement abandonnées.

La mare est un écosystème à part entière. C’est un milieu dans lequel interagissent des êtres vivants : une flore et une faune spécifiques et très variées s’y développent. Il est donc intéressant d’avoir une grande diversité de mares sur le territoire favorisant ainsi les brassages génétiques.

Le réseau des mares forme une trame bleue qu’il est important d’entretenir.

Sur le territoire de Chartres métropole, on recense 160 mares communales, 2 mares départementales et 300 mares privées. Certaines d’entre elles ont été remarquablement restaurées, prenant en considération ces critères de préservation de l’environnement et de la biodiversité.

La restauration des mares participe du développement durable de l’agglomération :

 

Dans son pilier social

Même si les mares ne répondent plus aux besoins d’antan, elles présentent aujourd’hui encore de multiples intérêts : tout d’abord, elles sont les témoins d’une activité passée, comme le sont les lavoirs, les fontaines, les vieux fours... et s’inscrivent donc dans le petit patrimoine local cher aux habitants de la commune.

Elles participent aussi à l’enrichissement du paysage.

Elles constituent un lieu calme d’observation et d’émerveillement, d’apprentissage pour les plus jeunes et de détente pour de nombreuses personnes.

Dans son pilier économique

Au-delà de leur charme, les mares jouent un rôle hydrologique important en collectant les eaux de pluie. Elles participent ainsi à la lutte contre les inondations.

Dans le cadre de l’Observatoire de la biodiversité, Chartres métropole, labellisé « Territoire engagé pour la nature », a signé en 2020 une convention d’objectifs de cinq ans avec le Conservatoire d’espaces naturels (CEN) Centre-Val de Loire.

Le Conservatoire apporte ses compétences pour animer le volet biodiversité sur lequel Chartres métropole souhaite s’engager. Il réalise des diagnostics sur les mares communales de l’agglomération en apportant de précieux conseils sur la gestion à mettre en place et les techniques de restauration dont le financement public peut atteindre 80 % des frais engagés.

Dans son pilier environnemental

Cet écosystème est lui-même en relation avec son environnement à travers les apports extérieurs en eau, en matières organiques et sédiments. Entretenir les mares qui, avec le temps, se comblent, est nécessaire à l’équilibre global.

Les facteurs externes influencent la vie de la mare : la luminosité directe est indispensable à la croissance des plantes aquatiques qui, le jour produisent l’oxygène nécessaire à la vie des espèces et à la décomposition de la matière organique, et la nuit consomment cet oxygène. Trop d’ombre nuit donc à l’équilibre de la biodiversité de la mare.

Les apports en éléments nutritifs tels que l’azote, le phosphore et la matière organique (on parle de phénomène d’eutrophisation) sont néfastes et déséquilibrent également cet écosystème fragile en perpétuelle évolution. La température est également un facteur qui influence la teneur en oxygène : les mares étant de faibles étendues d’eau et généralement peu profondes, elles réchauffent très vite. 

Et moi dans tout ça ?

Il suffit parfois d’un peu de débroussaillage ou de retravailler une berge pour obtenir un résultat de qualité à la fois esthétique et favorisant la biodiversité. Si vous souhaitez restaurer votre mare tout en favorisant la biodiversité, le CEN et l’Observatoire de la biodiversité à Chartres métropole peuvent vous conseiller.

Le saviez-vous ? Avant de restaurer une mare, il est nécessaire de procéder à une pêche de sauvegarde et surtout ne pas rempoissonner. La biodiversité autour de la mare restaurée va alors s’accroître considérablement : plantes, amphibiens, libellules, oiseaux…

 

 

⇒ Sensibilisation des scolaires

École Henri-Matisse

Chartres

L’école Henri-Matisse a axé l’éducation au développement durable sous ses trois entrées : économique, écologique, sociale et solidaire.

Voici les actions mises en place par les délégués des classes de CM1 et CM2, véritables « p’tits éco-délégués » :

Économie

Des patrouilles vérifient systématiquement que les lumières des salles vides soient éteintes, que les appareils soient éteints et débranchés à chaque début de vacances scolaires.

Écologie

Des bacs à compost recueillant les restes de la restauration scolaire ont été installés. Afin de promouvoir au mieux cette action, chaque classe dispose d’une poubelle à compost que les enfants peuvent amener chez eux pour que l’action soit collective. Le compost est notamment utilisé pour les cultures en lasagnes. Les enfants y plantent des fleurs et légumes… et c’est aussi la maison de la mascotte, le hérisson, qui vit avec sa famille bien au chaud sous la paille !

Social et solidaire

De nombreux objets sont recyclés et l’école travaille avec des associations comme recyclum ou terracycle afin que ses actions soient positives et reconnues. Les gains éventuels seront reversés au Foyer d’Accueil Chartrain, qui propose des logements d’urgence aux personnes qui en ont besoin. 

Accueil de loisirs Jean-Macé

Lucé

À l’accueil de loisirs Jean-Macé, l’équipe d’animation travaille avec les enfants à un projet de sensibilisation au développement durable : la création d’une « box » de saison.

Chaque saison, les enfants réalisent avec l’équipe d’animation, plusieurs objets ou décorations qu’ils souhaitent intégrer à leur « box ». Ils choisissent parmi plusieurs propositions comme : les cosmétiques maison, les objets zéro déchets, les bijoux, les jeux, les friandises…

Chaque mercredi matin, des ateliers sont organisés pour réaliser ces différents éléments, jusqu’à ce que les « box » soient remplies et que les enfants puissent les ramener chez eux, avant chaque vacances scolaires.

Ce projet permet de proposer aux enfants des ateliers de confection d’objets et/ou de décorations, qui pourront être utilisés chez eux. Ils peuvent ainsi découvrir de nombreuses techniques alliant éco-responsabilité et « faire soi-même ».

Plusieurs « box » ont déjà été créées et celle de l’été est en cours de réalisation. Elle comprendra par exemple des : bandeau pour les cheveux, du sirop naturel, huile cosmétique, minigrill à chamallow, nappe pour pique-nique, couvre-verre en perles à repasser, cerf-volant, sac de plage, livret de jeux de vacances. 

Accueil de loisirs Les Cytises

Chartres

L’équipe d’animation de l’accueil de loisirs Les Cytises participe à la sensibilisation des enfants à l’écocitoyenneté et à la biodiversité.

Plusieurs bacs de jardinage sont installés dans la cour de l’école élémentaire et des ateliers de plantation sont proposés aux enfants. Herbes aromatiques et fleurs en tout genre s’y épanouissent, notamment grâce au compost produit sur place. Depuis huit ans, l’école et le centre de loisirs bénéficient d’un composteur qui valorise les déchets organiques (épluchures, coquilles d’oeufs, marc de café et déchets du jardins) en les transformant en un très riche amendement pour le sol. Les enfants apprennent également avec leurs camarades de l’école élémentaire de Rechèvres en partageant un bac commun de jardinage.

L’apprentissage passe aussi par le jeu et c’est ainsi qu’est introduite la L’apprentissage passe aussi par le jeu et c’est ainsi qu’est introduite la notion d’écocitoyenneté à l’accueil de loisirs Les Cytises. Des jeux de société comme Quelle poubelle choisir ? permettent d’apprendre le recyclage tout en s’amusant. Les enfants ont également créé leur propre jeu sur le tri sélectif : Drôle de déchets. Ils peuvent ainsi apprendre les bons gestes et les mettre en pratique au quotidien avec les poubelles de tri disponibles à l’accueil de loisirs.

Accueil de loisirs Pauline-Kergomard

Chartres

L’accueil de loisirs Pauline-Kergomard a fait de l’environnement la thématique de ses animations en 2021. 

Plantation, herbier, jeu extérieur, « blind test » sur les bruits de la nature, peinture sur feuille d’arbre, documentaire… Qu’elles soient sportives, culturelles ou manuelles, les actions proposées au centre de loisirs sont tournées vers l’environnement et la nature. L’objectif est de sensibiliser les enfants au respect de la nature et au développement durable : utilisation de matériel de récupération, ramassage des déchets…

Plusieurs sorties ont également été organisées au début de l’année à la découverte de la nature : aux parc André-Gagnon, au parc des Bords-del’Eure et au parc Jacques-Grand à Chartres ainsi qu’au parc des Quatre- Saisons au Coudray.  

Accueil de loisirs Le Rigeard

Chartres

À l’accueil de loisirs Le Rigeard, le développement durable est au cœur de nombreuses animations.

Des activités natures sont régulièrement proposées aux enfants accueillis : courses d’orientation, création de cabanes en bois à partir de matériaux récupérés dans la nature ou encore jardinage grâce au potager sur place. Les composteurs permettent aux enfants d’y mettre les restes de leur repas qui sont complétés par les feuilles d’arbres régulièrement ramassées. Le potager peut ensuite être nourri grâce à l’apport de ce compost.

Le centre de loisirs Le Rigeard bénéficie d’un cadre naturel d’exception qui en fait le sujet principal de nombreux jeux et activités proposés aux enfants, pour découvrir leur environnement et ses habitants (faune, flore…).   

Écoles maternelle et élémentaire de Dammarie

Dammarie

Grâce à leurs jardins, les écoles maternelle et élémentaire de Dammarie profitent d’espaces verts où y découvrir la nature et la biodiversité.

Pour sensibiliser les plus jeunes à la biodiversité environnante, l’école maternelle de Dammarie bénéficie, depuis 2017, d’un grand espace enherbé, mis à disposition des élèves par la municipalité. Ce jardin pédagogique est aussi un projet intergénérationnel. Il mobilise les élèves qui l’entretiennent au quotidien, mais aussi les parents et grands-parents qui participent en construisant hôtels à insectes, grands instruments, nichoirs divers et variés, décoration pour le jardin... Ils sont épaulés par les employés communaux pour l’installation de tous ces éléments.

L’école élémentaire a également aménagé son jardin, avec l’aide de l’association Sykadap. Les élèves apprennent à prendre soin de leur environnement et de ses occupants : nourrir les oiseaux pendant l’hiver, mettre ses déchets dans la poubelle « Minion », respecter les insectes et les oiseaux en évitant de faire trop de bruit. Les enfants peuvent se rendre au jardin pour y goûter, se promener… dans le respect des règles de vie qu’ils ont institué pour ce lieu. Un travail qui se conclut chaque année par une exposition ouverte aux familles, réalisée par les élèves. 

École primaire des Fontaines

Fontenay-sur-Eure

L’école primaire des Fontaines à Fontenay-sur-Eure est depuis 2017 très investie dans la sensibilisation des élèves au développement durable, comme en témoigne le label « école engagée pour le développement durable » reçu en 2018.

De nombreuses actions sont ainsi mises en place avec les enfants :

  • Installation d’hôtels à insectes, de nichoirs à oiseaux dans les espaces extérieurs et d’un apiscope dans l’une classe de l’école.
  • Projets réguliers avec le conservatoire d’espaces naturels : étude de la zone humide (étangs de Fontenay-sur-Eure) et de la zone sèche (Vallée des Cailles). Intervention en classe et sorties nature d’étude et d’observation.
  • Classes découvertes nature : classes de mer (étude du milieu marin) tous les 2 ans.
  • Tri des déchets : corbeilles différenciées en classe pour papiers/cartons et autres produits non recyclables, collecte de cartouches d’encre vides, de piles. Des bacs à compost sont également installés à la cantine pour les restes de repas et des actions régulières contre le gaspillage alimentaire sont organisées.
  • Projet musique : intervention d’une musicienne dans l’école (création de paysages sonores nature, recyclage éléments naturels pour créer des instruments).
  • Création d’un jardin potager « le jardin des jeunes pousses » à l’école depuis octobre 2018. Ce projet de jardin partagé permet des échanges avec les habitants de la commune autour du thème plantation / récolte.