14 août 2020
Facebookrss
Connexion
Connexion
Afficher / masquer l'espace privé

Informations pour les communes

Chiffres clés
  • 136217

    habitants (source INSEE)

  • 66

    communes

  • 59352

    actifs

Publications

Escapade : le Séminaire des Barbelés au Coudray

Imprimer la page
Partager la page

Découvrez la singulière histoire de l’abbé Franz Stock et de son « Séminaire des Barbelés », qui accueillit près de 100 séminaristes allemands au lendemain de la Seconde Guerre mondiale.

Initialement construit par l’armée française au début du XXe siècle, le Centre mobilisateur 101 du Coudray se mua de 1940 à 1944 en camp de prisonniers « indigènes » où les Occupants enfermèrent tirailleurs sénégalais et marocains. Avec la rapide reconquête du territoire par les Alliés, le « Camp d’enclos » compta jusqu’à 38 500 prisonniers allemands.

En août 1944, l’abbé Franz Stock, qui avait été nommé par les autorités allemandes aumônier des prisons de Fresnes, de la Santé et du Cherche-Midi, fut arrêté par les Américains. Expédié dans l’immense camp de prisonniers de Cherbourg, il entra en contact avec l’abbé Rodhain et l’abbé Le Meur de l’Aumônerie Générale de Paris.

Ensemble, ils décidèrent de créer un séminaire pour des étudiants en théologie allemands en captivité. Installé à Orléans en avril 1945, le « Séminaire des Barbelés » fut, faute de place, déplacé au Coudray.

Un nouveau clergé allemand

Placé sous le patronage de l’université allemande de Fribourg, le projet avait pour louable objectif de fonder un nouveau clergé allemand en vue de la reconstruction et de la réconciliation d’après-guerre. 950 séminaristes y séjournèrent de 1945 à 1947. 630 d’entre eux sont devenus prêtres mais une dizaine seulement furent ordonnés sur place.

Pourquoi visiter le Séminaire des Barbelés ?

La visite du Séminaire des Barbelés vous donnera l’occasion d’en apprendre davantage sur l’histoire du site et celle des prisonniers allemands en France. Vous y découvrirez aussi l’histoire de l’abbé Franz Stock, enterré dans l’église Saint-Jean-Baptiste de Rechèvres.

Lequel, assisté de quelques prisonniers, réalisa une grande peinture murale, encore visible aujourd’hui, dans la chapelle au fond du hangar en béton. Elle met en scène Saint Michel terrassant le dragon, qui symbole l’alliance entre la France et l’Allemagne pour lutter contre la guerre. Au centre, on y voit une croix encadrée de la Vierge et de Saint Jean. À droite, se tient Saint Boniface, patron de l’Allemagne et précurseur de Charlemagne dans la quête d’entente entre Germains et Latins.

Se rendre au Séminaire

> Adresse : CM 101, 36 rue des Bellangères, au Coudray.