02 March 2024
LinkedInFacebookrss
Responsible
Rejoignez-nous
Chiffres clés
  • 136 800

    habitants

  • 66

    communes

  • 65 216

    actifs

Préservation des ressources en eau

L'eau est précieuse, préservons-la !

L'eau fait partie de notre quotidien : nous la consommons souvent sans réfléchir, sans connaître tout le processus qui l'apporte à notre robinet. C'est pourtant une ressource précieuse, vitale et fragile (seul 0,4% de la totalité de l'eau douce présente sur Terre nous est facilement accessible).

Il est urgent de la préserver. Et Chartres métropole s'y investit !

Protéger la qualité de la ressource

Reconquérir la qualité de l'eau avec les agriculteurs

Dans la nappe phréatique, l'eau peut contenir des nitrates et, dans une moindre mesure, des pesticides. Chartres métropole a initié dès 2009 une démarche de reconquête de la qualité de l'eau. Une stratégie globale pour protéger la ressource en eau a été élaborée en 2021.

Ainsi, autour des forages alimentant l'agglomération en eau, des périmètres de protection et des aires d'alimentation de captage (AAC), ont été définis pour prévenir les risques de pollutions en y instaurant des droits et interdictions (dont l'épandage des boues, par exemple). L'agglomération compte 11 aires d'alimentation de captage, pour une surface d'environ 33 000 hectares et environ 400 exploitations agricoles.

Par ailleurs, depuis une dizaine d'années, un travail est mené auprès des agriculteurs pour les inciter à diversifier les cultures. Chartres métropole a notamment mis en place un dispositif, les « paiements pour services environnementaux », versé aux agriculteurs acceptant de cultiver des plantes qui se contentent de moins d'eau et nécessitent surtout moins d'intrants chimiques, nitrates et pesticides.

En savoir plus.

Agir au quotidien pour la qualité de l'eau

Nous pouvons également agir au quotidien pour améliorer et préserver la qualité de l'eau. Tous les produits potentiellement dangereux que nous utilisons peuvent en effet se retrouver dans les rivières s’ils rejoignent le réseau pluvial, s’ils sont sous la pluie ou s’ils ne peuvent pas être totalement retenus par les stations d’épuration.

Les bons gestes que nous pouvons adopter :

  • Déposons en déchetterie tous les restes de produits dangereux : pots de peinture, solvants, décapants, détartrants chimiques, pesticides (insecticides, fongicides, herbicides), huiles de vidange ou de friture, etc. Limitons leur usage à la maison en les remplaçant par des produits moins impactants. Il existe par exemple une multitude de recettes pour les produits ménagers et lessiviels à base de savon, bicarbonate et vinaigre.
     
  • Ne jetons surtout pas de « petits polluants », comme les médicaments en surplus ou périmés, dans les toilettes. Ils sont collectés en pharmacie.
     
  • Ne versons pas dans le caniveau ou le fossé de l’eau polluée par ces produits.
     
  • N’utilisons pas les bouches pluviales dans les rues comme des tout à l’égout, ils sont en effet directement reliés aux rivières et non aux stations d’épuration.
     
  • Ne jetons rien dans la nature : emballages, poubelles, piles usagées, déchets verts, encombrants … L’eau de pluie embarquera les polluants vers la rivière ou la nappe phréatique.
     
  • Essayons autant que possible de limiter les déchets : emballages réutilisables, achats en vrac, produits durables et non jetables, etc.
     
  • Au jardin, n’utilisons pas d’engrais chimiques et remplaçons les par les déchets verts, engrais verts ou compost qui sont moins risqués pour la nappe phréatique.

Lutter contre les fuites

La protection de la ressource passe aussi par la chasse au gaspillage. Chartres métropole et C'Chartres Eau mènent une lutte acharnée contre les fuites dans les réseaux, pour éviter les déperditions entre le prélèvement souterrain de l'eau et son acheminement vers les unités de traitement, puis vers les usagers.

Entre 2018 et 2022, un travail de sectorisation et d'écoute des réseaux via des capteurs, puis de travaux en cas de fuite identifiée, a ainsi permis d'économiser 240 000 m3 d'eau par an (l'équivalent de 120 bassins olympiques) soit plus d'1 million de m3 d'eau en 5 ans.

Depuis 2021, des compteurs connectés permettent d'alerter les usagers : une consommation soudain anormale peut révéler une fuite.

D'autres mesures contribuent aux économies d'eau dans l'Agglo : la facturation mensuelle avec alerte pour les gros consommateurs, la facturation trimestrielle sur consommation réelle avec alerte fuite pour tous les consommateurs, la sensibilisation des usagers aux mesures de restrictions décidées par l'Etat en cas de sécheresse, les projets d'urbanisme visant à limiter l'imperméabilité des sols…

Compteurs intelligents : surveiller sa consommation pour prévenir les pertes

Entre 2016 et 2018, C'Chartres Eau a équipé 47 000 abonnés (particuliers et entreprises) d'un compteur intelligent capable de transmettre en temps réel l'indice de la consommation. Les avantages de ce nouveau système sont nombreux :

  • suivi régulier de la consommation sur le site de C'Chartres Eau (espace personnel dans « Mes consommations ») ;
  • détection des fuites et réduction des litiges ;
  • factures réalisées sur la base d'un relevé réel ;
  • amélioration de la gestion du parc de compteurs.

Outre ces compteurs, un parc de 42 concentrateurs et 80 antennes a été installé sur des ouvrages élevés de l'agglomération (châteaux d'eau, mâts d'églises, tours d'immeubles, etc.), permettant de récupérer des données quotidiennes.

En complément, les camions de ramassage des ordures ménagères de Chartres métropole sont équipés de boîtiers de collecte de données permettant d'avoir des relevés réguliers dans les zones qui ne peuvent pas être couvertes par des antennes.

Réflexion sur les eaux grises

L'eau potable est évacuée après usage dans les réseaux d'assainissement. Ces eaux usées, aussi appelées eaux grises, sont acheminées vers la station d'épuration. Elles y sont traitées, dépolluées et contrôlées. À la sortie de leur cycle d'assainissement, les eaux traitées sont conformes aux normes environnementales, et sont rejetées dans le milieu naturel, en l'occurrence la rivière.

Une réflexion est menée pour que les eaux grises puissent être réutilisées, par exemple pour l'arrosage. Ce procédé est aujourd'hui très encadré par l'Agence régionale de santé et très peu utilisé en France. Toutefois, la Loi devrait évoluer favorablement pour qu'elles soient valorisées, en définissant précisément les conditions de traitement nécessaires et les usages possibles. Chartres métropole étudie d'ores et déjà le sujet.

Économiser l'eau à la maison : les bons gestes

Nous pouvons adopter des gestes simples chez nous pour économiser l'eau :

  • Chassons et réparons les fuites au niveau des robinets et des chasses d’eau ! Et vérifions-les régulièrement. Vous pouvez estimer et comparer votre consommation avec celle d'un foyer similaire au vôtre sur le site de C'Chartres Eau.
     
  • Préférons la douche au bain. Une douche nécessite entre 40 à 80 L alors qu’un bain entre 150 et 200 L.
     
  • Ne laissons pas couler l’eau du robinet lorsque nous faisons la vaisselle, quand nous nous lavons les dents ou encore lors de la douche. Fermer le robinet quand on se brosse les dents permet d'économiser 350 L d'eau par semaine.
     
  • Lançons uniquement le lave-linge et le lave-vaisselle quand ils sont pleins.
     
  • Coupons l’arrivée d’eau quand nous partons plusieurs jours du domicile.
     
  • Récupérons et réutilisons l’eau coulant du robinet avant d’obtenir la bonne température ainsi que l’eau de pluie pour arroser notre jardin,, nos plantes d'intérieur, etc.
     
  • Arrosons notre jardin le soir uniquement. Et utilisons un paillage pour conserver plus longtemps l’humidité, et donc, arroser moins souvent.
     

Puis, à l’occasion d’un renouvellement, investir dans des robinets munis de mitigeurs et de mousseurs, dans des pommeaux de douches économes, et dans des électroménagers peu gourmands en eau.

Ou encore installer un réducteur de pression pour réduire le débit d’eau qui s’écoule des appareils sanitaires, et donc, moins gaspiller.

L'eau, ça n'a pas de prix... mais ça a un coût

Car puiser l'eau, la rendre potable et la distribuer, puis collecter les eaux usées et les traiter avant leur rejet dans la nature représente un poste de dépense important pour la collectivité. Et c'est l'usager qui paie.

Par exemple, une famille de 4 personnes consomme environ 120 m3/an, facturés 723,47 euros. À quoi sert cet argent ?

  • Délégataire eau (C'Chartres Eau) : 180,73 €. Ce montant couvre le fonctionnement du service public de l'eau (entretien du réseau de distribution, coût de l'énergie, achat des produits de traitement, rémunération du personnel d'exploitation…).
  • Part « eau » de Chartres métropole : 99,76 €. Ce montant couvre les investissements sur les infrastructures de l'eau (renouvellement de réseaux, travaux sur ouvrages, construction de nouvelles unités de prélèvement ou de traitement…).
  • Agences de l'eau : 58,80 €. Elles prélèvent une redevance par m3 d'eau consommé, pour ensuite subventionner les études et travaux d'amélioration liés à l'eau potable.
  • TVA eau 5,5% : 18,66 €.
  • Délégataire assainissement (C'Chartres Assainissement) : 182,40 €. Ce montant couvre le fonctionnement du service public de l'assainissement (entretien du réseau de collecte, coût de l'énergie, achat des produits de traitement, rémunération du personnel d'exploitation…).
  • Part « assainissement » de Chartres métropole : 127,69 €. Ce montant couvre les investissements sur les infrastructures de l'assainissement (renouvellement de réseaux, travaux sur ouvrages, construction de nouvelles unités de prélèvement ou de traitement…).
  • Agences de l'eau : 22,20 €. Elles prélèvent une redevance par m3 d'eau consommé, pour ensuite subventionner les études et travaux d'amélioration liés à l'assainissement.
  • TVA assainissement 5,5% : 33,23 €.