29 November 2020
Facebookrss
Connexion
Connexion
Afficher / masquer l'espace privé

Maison internationale de la cosmétique

Print this page
Partager la page

Présentation du projet


Le projet de Maison internationale de la cosmétique doit contribuer à ce que le pôle de compétitivité Cosmetic Valley reste la référence de la cosmétique mondiale.

Ce nouveau siège sera à la fois la vitrine de la filière cosmétique française et de son savoir-faire, et un outil collaboratif au service des entreprises de la filière, propice à l’échange des idées, des compétences et des métiers, un vecteur de créativité et d’innovation. Lieu de travail et de formation pour les entreprises de la filière, la Maison internationale de la cosmétique accompagnera les start-up de la beauté digitale. Les étudiants y découvriront des métiers d’avenir. Quant au grand public, il sera immergé dans l’excellence du Made in France, des innovations de la filière et des nouvelles tendances.

La Maison internationale de la cosmétique prendra place face à la cathédrale, dans les locaux du collège Jean-Moulin, mis à disposition par la Ville de Chartres. Chartres métropole a prévu une enveloppe de 4 millions d’euros dans le cadre de sa compétence en matière de développement économique pour développer ce projet ambitieux. Un jury de concours a retenu à l’unanimité le projet du cabinet Dubuisson Architecture dont vous pouvez voir quelques images ci-dessous.

« C’était un enjeu important pour fixer la Cosmetic Valley à Chartres, ont rappelé Jean-Pierre Gorges, président de Chartres métropole, et Didier Garnier, vice-président de Chartres en charge du développement économique. La Cosmetic Valley avait besoin de plus d’espace et de visibilité pour rayonner encore davantage. Il faut savoir que Chartres était en compétition avec Grasse pour accueillir cette Maison ». La Maison internationale de la cosmétique devrait ouvrir ses portes d’ici 2021.

Le Beauty Hub, première brique de la Maison internationale de la cosmétique


Installé dans les locaux de la future Maison internationale de la cosmétique, le Beauty Hub a été inauguré le 3 septembre 2020. Créé par et pour la filière de la parfumerie-cosmétique, c’est le premier accélérateur français dédié à l’innovation dans ce domaine.

L’industrie française de la parfumerie- cosmétique se doit d’agir de manière collective pour se relancer, conserver son leadership et renforcer le poids du Made in France sur un marché mondial toujours plus concurrentiel.

Chargée par l’État d’une mission de coordination nationale de sa filière, la Cosmetic Valley accompagne les entreprises confrontées aux mutations, au virage du digital, à l’évolution des modes de consommation, à la transition environnementale. Moteur de croissance et de développement économique, l’innovation figure parmi les valeurs qui font la force et la compétitivité de l’industrie cosmétique française. Elle est internationalement reconnue pour l’excellence de sa recherche et la performance de ses produits.

Le Beauty Hub marque la volonté de conserver et d’amplifier cette avance technologique en apportant aux porteurs de projets l’accompagnement dont ils ont besoin pour donner corps à leurs innovations et être en mesure d’accélérer la mise sur le marché de nouveaux produits ou services répondant aux attentes des consommateurs.

Le Beauty Hub est conçu comme un outil de relance au service du Made In France, notamment dans le domaine du maquillage. « Ce projet s’inscrit complètement dans l’esprit du Plan de relance. Il a vocation à préparer l’avenir, avec des débouchés, avec un ancrage dans le réel. C’est une manière nouvelle de travailler entre entreprises, mais aussi de privilégier des modalités de recherche, d’expérimentation », a estimé Fadela Benrabia, préfète d’Eure-et-Loir.

Innovation et collaborative

Véritable levier pour les stratégies d’open-innovation, son ambition est d’encourager l’innovation collaborative en impliquant les acteurs de la chaîne (équipementiers, fabricants de matières premières, d’ingrédients, de produits finis, fournisseurs de packaging…), mais également des acteurs de la recherche, experts dans différentes spécialités scientifiques. Son objectif est de décloisonner et de faire travailler ensemble start-up, PME, ETI, grandes entreprises, et laboratoires de recherche.

« Nous avons voulu créer ici un point de force où l’on réfléchit à ce que sera le maquillage de demain. C’est aussi un rassemblement de start-up, de science, de connaissance, d’intelligence. Enfin, c’est un outil de relance, par rapport au Covid et à la situation industrielle et économique. Les trois ensemble, c’est le Beauty Hub. C’est de la jeunesse, de l’énergie, de la force, des projets. Il était important de disposer d’un lieu totem, d’un point référence, dans cette Maison internationale de la cosmétique, face à la cathédrale », détaille Marc-Antoine Jamet, président de Cosmetic Valley.

Le Beauty Hub propose trois espaces d’innovation, un espace de co-working à destination des start-ups et entreprises, un laboratoire équipé pour travailler avec les équipementiers sur l’innovation dans le domaine des procédés de fabrication et de mise en œuvre des produits cosmétiques, ainsi qu’un centre de prototypage rapide basé sur l’impression 3D.

Rayonnement

Le programme d’accélération sur six mois est un formidable moyen pour immerger les porteurs de projets et entreprises innovantes au cœur de l’écosystème national cosmétique. Il offre l’environnement nécessaire pour les start-ups et PME qui doivent construire et challenger leurs projets, confirmer leurs visions, leurs ambitions… Les entreprises accueillies bénéficient de services de mentoring et d’accompagnement sectoriel par les fondateurs et partenaires du dispositif.

« En situant ici la place de la cosmétique, c’est toute l’image de la région qui se trouve portée. Cela va contribuer à mettre Chartres et son agglomération à un niveau de rayonnement supérieur encore et va donner au département et à notre région une possibilité d’expression et d’attractivité renforcées. C’est pourquoi la région Centre-Val de Loire est partenaire financier de ce projet », a observé François Bonneau, président de la région Centre-Val de Loire.

Les cinq premières start-ups du Beauty Hub

Abomey Labs
Cette start-up d’Eure-et-Loir développe une marque de cosmétique naturelle, éthique et engagée. Matières premières et ingrédients botaniques proviennent de coopératives d'Afrique de l’Ouest. Abomey Labs souhaite la transparence et l’optimisation de la supply chain, en récupérant notamment les déchets organiques de ces filières pour créer de nouveaux packagings. « Le BeautyHub va nous permettre de confronter nos produits et d’être challengés par des experts de la filière, et ainsi de renforcer notre marque grâce à leur retour d'expérience. »

CocoriCosmetic
Cette start-up de Nouvelle-Aquitaine allie le retail & le digital, proposant en ligne des produits d’hygiène et de beauté pour toute la famille. Composés d’ingrédients naturels, ils sont fabriqués en France par des artisans portés par les mêmes valeurs. « Intégrer le Beauty Hub, c’est pouvoir bénéficier de conseils avisés, s’ouvrir aux autres membres de la Cosmetic Valley, source de créativité et de partage, et véhiculer notre message de bienveillance quant à la consommation de produits cosmétiques sains, ainsi que la valeur Homme et savoir-faire à la française. »

InFlows
Cette start-up parisienne est spécialisée dans l’édition de logiciels de nouvelle génération alliant intelligence artificielle et digital pour réinventer les méthodes et techniques de formulation de produits chimiques, en particulier cosmétiques. « Nos solutions permettent d’agir directement au coeur des procédés de fabrication, de réduire le temps de développement d’un produit en intégrant la digitalisation tout au long du process de production. Le Beauty Hub constitue un cadre de choix pour évoluer dans un écosystème pluridisciplinaire offrant des opportunités de synergies et de rayonnement mondial dans le secteur de la R&D au service de la Beauté. »

Oden
Cette start-up parisienne, créée par une fille et sa mère, veut proposer une marque de cosmétiques naturels formulés à partir de plantes 100% françaises, cultivées dans nos régions grâce au soutien d’agriculteurs-partenaires. « Intégrer le Beauty Hub nous permettra de répondre à trois enjeux : accroître notre gamme de produits au regard avisé d’experts de la filière, développer la R & D en créant de nouvelles huiles végétales et être en capacité de produire nous-même les plantes. Animées par des valeurs fortes, nous aimerions faire notre place au milieu des leaders de la cosmétique naturelle. »

QUIID
Start-up normande, QUIID développe une plateforme intelligente, In Silico, à destination des chercheurs pour le développement de cosmétiques sûrs et innovants en testant de nouvelles molécules. « Rejoindre le Beauty Hub nous permettra de collaborer avec des acteurs de renom, de renforcer les partenariats avec les industriels de la filière et surtout de développer de nouveaux modules dans le but de fournir à terme une solution exhaustive et de référence en France et à l'international. »