06 October 2022
LinkedInFacebookrss

Ophélie Chaillou : en route !

Santé.

Gérard Besnard, Ophélie Chaillou et Joaquim Bertolucci posant devant un bus Filibus

À l'occasion de la journée mondiale du diabète, qui se déroulera le 21 novembre, Votre Agglo met en avant le parcours d'Ophélie Chaillou, diabétique, qui a su contourner les obstacles pour exercer le métier de son choix.

Ophélie Chaillou vit depuis 22 ans avec un diabète de type 1, une maladie qui évoque l'interdiction d'accès à certains métiers : Police, pompiers, chauffeur... La raison : la peur que la personne atteinte de diabète ne fasse un malaise causé par une hypo ou hyperglycémie.

Le père d'Ophélie était conducteur de bus. Alors quand elle apprend que cette voie lui est fermée, elle décide de montrer à tout le monde qu'aucun obstacle n'est insurmontable.

Le soutien d'une entreprise

« J'ai décidé de passer mon permis D, et j'avais besoin de l'engagement d'une entreprise à mes côtés pour y être autorisée. Je me suis donc adressée à Filibus il y a trois ans. J'ai évoqué le fait que ma maladie n'est pas une contrainte insurmontable pour moi. La société m'a accompagnée, avec un recrutement à la clé ! »

Pour Joaquim Bertolucci, directeur général de Chartres métropole Transports, « Cette rencontre a été l'occasion de nous pencher sur le sujet. C'est la personnalité d'Ophélie qui nous a convaincus ! C'est une expérience à renouveler. »

Un sentiment partagé par Gérard Besnard, vice-président de Chartres métropole en charge des Transports et de la Mobilité.

Une glycémie sous contrôle

Ophélie vérifie sa glycémie vingt fois par jour, davantage qu'elle ne le ferait en temps normal, et garde toujours avec elle du sucre et sa pompe à insuline.

« Si elle ne se sent pas bien, elle ne travaille pas, complète Joaquim Bertoluci, mais nous n'avons pas besoin d'aménagements spécifiques, tout se passe bien ».

Pour faciliter son contrôle de glycémie, Ophélie porte un patch intégré : elle vérifie sa glycémie en scannant le patch avec son téléphone, sans prélever de goutte de sang. « J'ai aussi rencontré un diabétologue pour bientôt utiliser un « circuit fermé » à déclenchement automatique, normalement réservé aux personnes dont la glycémie est plus difficile à gérer, en expliquant que je suis conductrice de bus ».

Son travail pour Filibus a aussi aidé Ophélie à mener à bien des projets personnels, comme l'achat d'une maison