06 October 2022
LinkedInFacebookrss

Dominique Soulet : « Être au plus près des problématiques de notre agglomération en matière de santé »

Santé.

Dominique Soulet : « Être au plus près des problématiques et des spécificités de notre agglomération en matière de santé »

Le Contrat local de santé (CLS) de Chartres métropole a pour objectif de répondre de façon concrète aux enjeux de santé du territoire. Les explications de Dominique Soulet, conseiller communautaire délégué aux relations avec les établissements de santé et pilote du Contrat local de santé.

Un contrat local de santé (CLS) vise à mettre en œuvre des actions dont l’objectif est de réduire les inégalités territoriales et sociales de santé sur plusieurs années, sur un territoire donné. Au vu des besoins et de l’offre qu’on y trouve, il est l'expression des dynamiques locales, partagées entre acteurs et partenaires sur le terrain.

À l’échelle de l’agglomération char-traine, le Contrat local de santé (CLS) est porté conjointement par l’Agence régionale de santé (ARS) et Chartres métropole. Il associe différents partenaires : Préfecture d’Eure-et-Loir, Région, Département, Éducation nationale, Caisse primaire d’assurance maladie, Hôpitaux de Chartres, Centre hospitalier Henry-EY.

À travers cet outil, tous s’engagent pour programmer des actions spécifiques répondant aux enjeux de santé identifiés pour le territoire, les faire connaître et les coordonner.

Démarche participative

« L’un des principaux objectifs de ce contrat est de mettre en réseau l'ensemble des acteurs locaux (professionnels de santé, élus, habitants…) autour d’un projet de santé commun prenant en compte les éléments sanitaires, économiques et environnementaux du territoire, et de définir un programme d’actions dans les domaines de la promotion de la santé, de la prévention, de l'accompagnement médico-social ou encore de l’accès aux soins. Il s’inscrit dans une démarche participative », détaille Dominique Soulet, conseiller communautaire de Chartres métropole délégué aux relations avec les établissements de santé et pilote du Contrat local de santé de l’agglomération.

Pour prendre corps, le CLS de Chartres métropole s’est appuyé sur un diagnostic de santé du territoire réalisé par l’Observatoire régional de santé (ORS) Centre-Val de Loire. Des rencontres thématiques avec les élus, les acteurs locaux, la population, ont également permis de l’alimenter. Le diagnostic a mis en évidence la situation démographique, sociale, médico-sociale et sanitaire de l’agglomération et s’attache à mettre en perspective l’état de santé de la population et l’offre de prévention et de soins disponible sur le territoire.

Manque de médecins

« Notre CLS met notamment en exergue un manque de certains professionnels de santé, particulièrement les médecins généralistes et les spécialistes, un vieillissement de la population, l’éloignement de certains publics de l’accès aux soins et une forte problématique de santé mentale », complète Dominique Soulet.

Chartres métropole, l’Agence régionale de santé 28 et les différents partenaires ont défini et programmé la stratégie locale de santé sur plusieurs années qui doit notamment, améliorer la connaissance, la relation et les contacts entre les acteurs de la santé sur le territoire.

Quatre axes principaux se sont ainsi dégagés : « Promotion, prévention et santé-environnement » ; « Offre de soins et accès aux droits » ; « Autonomie pour tous » ; « Information- coordination ». Ces quatre axes se déclinent en 56 fiches actions à mettre en œuvre.

La vaccination, enjeu de santé publique

Une coordonnatrice territoriale de santé est en charge de la mise en œuvre, du suivi et de l'animation du CLS pour Chartres métropole.

Si le CLS de Chartres métropole a été signé le 17 février 2020, le confinement, la pandémie, puis l’évolution de la crise sanitaire ont dès le départ pris le pas sur sa mise en œuvre.

Les actions ont presque essentiellement été concentrées sur le plus grand enjeu de santé publique du moment, la crise sanitaire liée à la Covid-19, avec la mise en place de centres de dépistage, d’abord, puis la création du centre de vaccination, qui a été réalisée en un temps record : « Nous avons mis en place un système performant, très sécurisé et efficace, qui fait l’unanimité, aussi bien au niveau des professionnels de santé que des usagers. Plus de 200 000 injections ont été effectuées au centre de vaccination de Chartrexpo depuis son ouverture le 18 janvier 2021. On peut légitimement espérer pouvoir à nouveau se consacrer à plein temps aux actions prévues par le CLS, et nous y reviendrons prochainement. »