01 février 2023
LinkedInFacebookrss

« Soignants : prenez soin d'eux, ils prennent soin de vous »

Santé.

L'Agglomération n'a pas attendu la période de forte tension médicale de ces dernières semaines pour s'emparer du sujet. Chartres métropole soutient activement le combat des médecins et œuvre pour mettre en place des mesures visant à promouvoir l'installation de nouveaux professionnels de santé sur son territoire.

La « motion santé », adoptée en Conseil communautaire le 24 mars dernier, prend plus que jamais tout son sens, comme l'expliquent Jean-Pierre Gorges, président de Chartres métropole, et Dominique Soulet, conseiller délégué de Chartres métropole en charge des relations avec les établissements de santé.


Votre Agglo : Pouvez-vous rappeler ce que contient cette motion sur la désertification médicale adoptée par les élus de Chartres métropole en mars 2022 ?

Jean-Pierre Gorges : Cette motion, établie dans le cadre du Contrat local de Santé de Chartres métropole, identifie des leviers pour pallier le manque de médecins dans l'agglomération et renforcer l'attractivité de notre territoire pour y attirer de nouveaux professionnels de santé.

L'un des premiers problèmes relevés est le zonage effectué par l'Agence régionale de santé (ARS). Dans cette cartographie de l'offre de soins, l'Agglomération n'est pas classée comme prioritaire. C'est une aberration, quand on sait que 30% des habitants n'ont pas de médecin traitant en zone urbaine ! Dans le même temps, le reste du département d'Eure-et-Loir est classé en zone rouge. L'incidence directe, c'est que les jeunes médecins qui s'installent privilégient la campagne. Notre agglomération doit impérativement être classée en zone d'intervention prioritaire, car c'est la réalité du terrain.

« Attirer le généraliste ou le spécialiste de la commune voisine n'a pas de sens. »

Dominique Soulet : Attirer le généraliste ou le spécialiste de la commune voisine par des aides ou des réductions de loyer ne résout pas le problème de la pénurie de médecins à l'échelle de l'agglomération. La motion de Chartres métropole prévoit également, en association étroite avec le Conseil départemental de l'Ordre des médecins, d'élaborer une « charte de non-concurrence » allant dans ce sens.

« Accompagner la formation. »

Dominique Soulet : Un volet important concerne également la formation. Chartres métropole soutient, aux côtés du Département et de la Région, les formations d'enseignement supérieur locales, comme l'Institut de Formation en Santé de Chartres. Avec les formations médicales et paramédicales existantes et à venir, nous souhaitons organiser, à l'instar d'un parcours résidentiel, un parcours de formation qui se déroulerait en totalité sur notre territoire : collaboration avec les maîtres de stage, développement d'une offre de logement étudiant, projet de campus santé…

Le président Jean-Pierre Gorges a en outre souhaité que Chartres métropole se positionne pour permettre à des étudiants en santé de venir en stage dans notre territoire ou à effectuer des remplacements tout en bénéficiant de solutions d'hébergement, de salles de formation et d'espaces de convivialité. L'objectif : les attirer chez nous, leur montrer les atouts de notre agglomération et leur donner envie de s'y installer.

Un courrier adressé au ministre de la santé

VA : Le collectif « Union des Médecins d'Eure-et-Loir » s'est mobilisé ces dernières semaines pour expérimenter différentes solutions sur le territoire. Quelle est votre position sur le sujet ?

Jean-Pierre Gorges : C'est un volet que nous avions inclus dans notre motion, en concertation avec le Conseil départemental de l'Ordre des médecins et son président Julien Cottet, dont je salue le travail. Ces solutions ont été complétées en début d'année suite à une réunion organisée par Madame le Préfet d'Eure-et-Loir en présence de professionnels de santé, d'élus, de parlementaires, de représentants de l'ARS et de la CPAM…

L'idée est de solliciter l'État pour que notre département devienne un territoire d'expérimentation visant à redonner du temps médical aux praticiens, et qu'ils puissent accueillir davantage de patients dans de meilleures conditions. Cinq mesures concrètes, produisant des effets immédiats, pourraient être mises en œuvre rapidement :

  • alléger les contraintes administratives des médecins ;
  • simplifier et favoriser le recours aux assistants médicaux ;
  • accélérer la délégation de tâches vers les autres professionnels de santé ;
  • responsabiliser les patients ;
  • autoriser les prescriptions pour les médecins du travail.

Ces propositions, ainsi que d'autres, comme le classement de l'ensemble du département, y compris notre agglomération, en zone d'intervention prioritaire, ont été détaillées dans un courrier adressé au ministre de la Santé le 10 janvier. Ce courrier a été cosigné par tous les parlementaires d'Eure-et-Loir et moi-même. Nous souhaitons être reçus rapidement pour trouver ensemble des solutions concrètes. Il y a urgence à agir pour éviter une nouvelle dégradation de la situation médicale en Eure-et-Loir.

Prenez soin de vos soignants, ils prennent soin de vous.

Télécharger l'infographie « Pour une relation patient-médecin en toute confiance ». (jpg - 405 Ki)

Pour une relation patient-médecin en toute confiance

Télécharger l'infographie « Lutter simplement contre les principaux virus ». (jpg - 491 Ki)

Lutter simplement contre les principaux virus

En savoir plus

Découvrez les actions menées par Chartres métropole et ses partenaires pour lutter contre la désertification médicale.

 


Une vidéo pour attirer les médecins

Dans le cadre du Contrat local de Santé de Chartres métropole, une vidéo mettant en avant les atouts de l'agglomération a été réalisée à destination des professionnels de santé.

Introduite par Michel Cymes, elle a été imaginée avec le Conseil départemental de l'ordre des médecins, la Communauté professionnelle territoriale de Santé du Pays Chartrain et l'association JM28 (Jeunes médecins du 28).