26 juin 2022
Facebookrss

En jaune et noir : l’argiope frelon

Biodiversité.

L'épeire fasciée ou Argiope frelon (de dos)

Zoom sur l'argiope frelon, araignée caractéristique des milieux naturels de notre agglomération.


Reconnue pour la seconde fois Territoire Engagé pour la Nature pour ses actions de préservation des milieux naturels et de la biodiversité (voir aussi en pages suivantes), Chartres métropole est riche d'une faune et une flore très diversifiées.

Les espaces naturels entretenus par les services de l'agglomération, comme la prairie de Luisant, la Vallée de l'Eure et ses affluents ou encore la prairie de Fontaine-Bouillant, à Champhol, accueillent une vaste biodiversité (oiseaux, amphibiens, reptiles, insectes, plantes…), fruit d'une gestion adaptée et raisonnée.

Exemple ce mois-ci avec cette espèce caractéristique de nos milieux naturels qui, malgré son nom, n'est pas un insecte, mais une araignée : l'argiope frelon ou l'épeire frelon.

La classe des arachnides (araignées, scorpions et acariens) compte environ 75 000 espèces, essentiellement terrestres, avec quelques groupes (taxons) aquatiques. Elles possèdent quatre paires de pattes, une paire d'appendices (pédipalpe) pour la préhension et une paire d'appendices dotés de crochets lâchant du venin (chélicères).

Camouflage

Les araignées possèdent des appendices derrière l'abdomen (peignes) qui leur permettent de tisser leur toile. Les yeux sont appelés des ocelles. Les arachnides sont composés de deux parties : la tête et le thorax qui sont fusionnés (céphalothorax) et l'abdomen, ce qui les différencie des insectes, divisés en trois parties bien distinctes.

L'épeire frelon (Argiope bruennichi) est une araignée de la famille des aranéides, originaire du bassin méditerranéen. Sa distribution est étendue en Europe, du Nord de l'Afrique à la Scandinavie et jusqu'au Japon. Elle affectionne les milieux ouverts et ensoleillés tels que les friches, pelouses et landes. Dans notre agglomération, elle est inventoriée à Barjouville, Lèves, Maintenon et Houx, mais est potentiellement présente dans d'autres communes.

Ce qui caractérise cette arachnide, c'est son abdomen, rayé transversalement de jaune et de noir. Ces couleurs l'aident à se protéger de certains prédateurs et en font une experte en camouflage pour attraper ses proies : une stratégie adaptative que l'on trouve chez de nombreuses espèces animales et végétales.

Argiope frelon : capture et emballage d'une mouche verte

Argiope frelon : capture et emballage d'une mouche verte.

Cannibale

L'épeire frelon est facilement observable. Lorsqu'elle est installée au centre de sa toile, elle écarte les pattes deux par deux formant une croix, dans l'attente d'une proie. Sa toile est tissée d'un fil épais, en forme de zigzag. Cette technique lui permet de capturer des insectes de grandes tailles, tels que des sauterelles. Dès qu'une proie est piégée, l'épeire frelon produit de la soie et enroule en un temps record son futur repas. Une fois que la proie a été mordue, elle est transportée au centre de la toile pour être consommée par succion.

Comme chez de nombreuses araignées, le mâle (5 à 9 mm) est plus petit que la femelle (10 à 20 mm). On parle de dimorphisme sexuel. La pratique du cannibalisme est courante chez cette espèce. C'est pourquoi après l'accouplement, qui s'effectue en fin d'été, le mâle prend souvent la fuite… pour ne pas se faire dévorer.

Avant de pondre, la femelle confectionne dans les hautes herbes un cocon de la forme d'une petite montgolfière inversée. Assez complexe, il est composé d'une première couche de soie blanche, pour entourer les œufs, d'une seconde brun-jaune, qui fait office d'isolant thermique, et d'une dernière un peu plus claire, jouant le rôle de barrière imperméable.

La femelle peut pondre des centaines d'œufs par cocon. Ils s'y développent rapidement, pendant environ un mois. Mais il n'est pas rare que le cocon soit parasité par des guêpes, qui déposent leurs larves qui se nourrissent des œufs de l'arachnide. Les jeunes araignées restent dans le cocon durant l'hiver et en sortent en avril-mai.

Argiope frelon : préléminaires d'accouplement

L'épeire fasciée : préléminaires d'accouplement.

Bon signe

Contrairement aux idées reçues, l'argiope frelon n'est pas dangereuse pour l'homme. Elle reste pour autant une prédatrice redoutable pour tous les insectes. Bien qu'elle soit assez répandue dans notre région, elle se raréfie, victime d'activités humaines qui impactent ses habitats naturels, et réduisent la présence de futures proies. Néanmoins, l'épeire frelon n'est pas (encore) considérée comme espèce protégée.

Et sachez-le : lorsque l'on trouve cette magnifique araignée dans nos jardins et nos espaces verts, c'est plutôt le signe d'une végétation entretenue de manière raisonnée et d'une préservation de la biodiversité.